Des caméras-espions de la police dans les briquets et les sièges bébés ?

Des caméras-espions de la police dans les briquets et les sièges bébés ?
SOCIÉTÉ

SURVEILLANCE – Le gouvernement viendrait, selon Le Canard enchaîné daté du 4 mai, de commander plus de 5000 caméras pour équiper la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Ces accessoires high-tech derniers cris pourront, toujours selon nos confrères, être planquées dans les endroits les plus insolites.

Le 24 juin 2015, les députés votaient définitivement le projet de loi sur le renseignement élargissant ainsi et notamment les pouvoirs de renseignement français.

Dix mois plus tard, "l'heure est aux travaux pratiques", apprend-on ce mercredi dans Le Canard enchaîné . Dans un article intitulé "Coup de fièvre high-tech chez les poulets", le palmipède révèle ainsi que le gouvernement aurait commandé pas moins de "5 000 minicaméras sophistiquées pour équiper la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI)".

"Casquettes, montres, paquets de clopes"

Nos confrères rappellent qu'en mars dernier, le ministère de l’Intérieur avait lancé plusieurs appels d'offres pour récupérer "une cinquantaine de caméras miniatures destinées à être camouflées dans des 'sièges bébés', des 'appuis-tête' ou des pare-brises".

Cette fois, la commande de gadgets high-tech irait encore plus loin et prévoirait l'achat de 275 caméras pouvant être dissimulées dans "des objets courants type clé de voiture, smartphone, briquet, stylo, paires de lunettes, paquet de mouchoirs, montre, casquettes, cravate, paquet de cigarette…".

Toujours selon le Canard, "516 autres engins miniaturisés" seront cachés sur les "agents en mission de surveillance" et "400 'caméras miniatures paluches' doivent pouvoir filmer 'en couleurs et en monochrome en toute discrétion'".

En milieu rural enfin, les forces de l'ordre devraient récupérer "179 caméras enfouissables". Seul l'objectif pourra "dépasser le niveau de la terre", de "20 cm" maximum. 

Des voitures d'occasion pour les bleus et les tontons

Enfin, en plus des caméras, le gouvernement serait également sur le point d'acquérir pour les forces de l'ordre quelque "410 véhicules d'occasion allant de la voiturette à la berline de luxe". "Ces carrosses, qui pourront être légèrement cabossés pour mieux passés inaperçus, seront truffés de micros et de caméras, et stationnés sur des emplacements stratégiques, voire confiés à des tontons pour les épauler dans leur boulot d'indics. Histoire de rouler pour la police… Et pour de vrai".

Le Canard enchaîné précise toutefois que cette frénésie pour les gadgets risque de poser quelques problèmes. "Quand ils veulent écouter des conversations dans un lieu privé, flics pandores et barbouzes sont placés sous le contrôle d'une commission indépendante (pour les surveillances administratives) ou des magistrats (pour les affaires judiciaires). A charge pour ces gardiens des libertés, qui se plaignent déjà d'être surchargés de travail, de donner ou non une autorisation et de faire la chasse aux abus". 

EN SAVOIR +
>>  Caméras-piétons des policiers : les questions que pose leur généralisation
>>  Loi Renseignement : les sénateurs votent en catimini l'extension des écoutes électroniques à l'international

>> Loi sur le renseignement : que sont ces fameuses boîtes noires qui inquiètent tant ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent