Des caméras mobiles à déclenchement "obligatoire" pour les forces de l'ordre

DirectLCI
SÉCURITÉ - Le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux a annoncé le déploiement de 2600 caméras mobiles pour les policiers et gendarmes, dont le déclenchement sera "obligatoire" en cas de contrôle d'identité. Une décision qui intervient en pleine polémique de "l'affaire Théo", cette interpellation violente qui s'est déroulée il y a quelques jours à Aulnay-sous-Bois.

Les forces de l'ordre vont désormais disposer de 2600 caméras mobiles à déclenchement "obligatoire" lors d'un contrôle d'identité, a annoncé le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux. "A partir du 1er mars il y aura des décrets qui seront publiés pour que, quand il y a contrôle d'identité, le déclenchement de la caméra piéton soit obligatoire", a-t-il annoncé sur Europe 1, ce vendredi. 


Ce nouveau dispositif vise, selon le ministre, à "apaiser les interventions et faire en sorte de rassurer les forces de sécurité". Mercredi, lors de la séance de questions au gouvernement au Sénat, M. Le Roux avait annoncé que le déclenchement de ces caméras serait "automatique".


Si les caméras mobiles sont déjà expérimentées parmi les forces de l'ordre, ce serat la première fois qu'elles intègrent ce déclenchement "obligatoire" ou "automatique". Pour Bruno Le Roux, il "va apporter un niveau de sécurité supplémentaire dans les contrôles d’identité et les interventions qui se passeront dans nos quartiers". 


Ces 2600 caméras évoquées ne sont cependant pas nouvelles. Il s'agit des caméras déjà expérimentées dans plusieurs "zones de sécurité prioritaires" (ZSP). Jusqu'ici, en l'absence de nouvelles consigne sur leur emploi, ces caméras sont mises en marche manuellement et à la discrétion du policier ou du gendarme.

Ce mode de fonctionnement, argue le ministre de l'Intérieur, est "bien plus opérationnel qu’un récépissé, qui entraînera[it] une forme de lourdeur". Comparant le récépissé de contrôle d'identité à une "chimère", il a ajouté : "sommes-nous prêts demain à faire dans notre pays un fichier des personnes contrôlées dans nos quartiers ? Moi je ne m’y résous pas."


En octobre 2015, Manuel Valls, alors Premier ministre, avait annoncé la généralisation des caméras mobiles pour les forces de l'ordre d'ici à cinq ans. 

En vidéo

A Sevran, la jeunesse et la police peinent à s’entendre

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter