Scandale des œufs contaminés : ce qu’il faut savoir sur l'insecticide fipronil

CONTAMINATION - Alors que dix millions d’œufs ont été déclarés impropres à la vente et à la consommation en Allemagne, en Belgique, au Pays-Bas et en Suisse en raison de la découverte d'un insecticide interdit, le fipronil, le ministère de l'Agriculture avait jusque-là affirmé que la France n'était pas concernée. Mais il nous a appris lundi que des lots ont bien été livrés sur le territoire : ce sont 5 entreprises qui en ont reçus. LCI fait le point sur ce qu'il faut retenir de cette affaire.

La contamination des œufs ne s'est pas arrêtée à la frontière. Le ministère de l'Agriculture a indiqué lundi en fin d'après-midi que treize lots d'œufs contaminés en provenance des Pays-Bas ont été livrés en France à deux établissements de fabrication de produits à base d'œufs de la Vienne et du Maine-et-Loire en juillet. Le lendemain, mardi, on apprenait, toujours par les autorités, qu'en fait, ce sont cinq entreprises françaises qui "ont reçu des œufs contaminés" au fipronil provenant des Pays-Bas et de Belgique. 


Ces "établissements d'ovoproduits" sont situées dans la Vienne, le Maine-et-Loire, le Pas-de-Calais, le Nord et le Morbihan, a précisé le ministère, ajoutant que "des enquêtes de traçabilité sont en cours" pour "identifier la destination des produits déjà expédiés et susceptibles d'être contaminés".


Jusque-là, l'Hexagone ne faisait pas partie de la liste des pays concernés, alors que des millions d'oeufs suspectés de contenir des traces de fipronil, un insecticide, ont été retirés des étals au Pays-Bas, en Allemagne, en Belgique et en Suisse. Seul un élevage dans le Nord-Pas-de-Calais avait  été placé sous surveillance par précaution, mais les œufs n'ont pas été mis à la vente. 


Voici ce qu'il vous faut savoir sur une affaire que certains qualifient déjà de scandale sanitaire. 

Qu'est-ce que le fipronil ?

Le fipronil est un pesticide utilisé contre les poux, les tiques, les acariens et les puces des animaux. Conçu par une société française en 1993, il est aujourd'hui détenu par la société allemande BASF. Le produit a été interdit en France en 2004 en raison de sa toxicité sur les abeilles, avant d'être à nouveau autorisé par la Comission européenne dans le traitement des semences. Mais l'Union Européenne interdit toujours de l'utiliser dans le traitement des animaux destinés à la chaîne alimentaire, comme les poules. 

Quel est l'impact du fipronil sur la santé ?

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) classe le fipronil "modérément toxique" pour l'homme parce qu'il peut avoir des conséquences néfastes sur les reins, le foie et la thyroïde. Mais l'Agence belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) s'est voulue rassurante : "Pour l'instant, nous ne voyons aucun danger pour la santé publique", en précisant que les contrôles révélaient des concentrations très en dessous des seuils prévus par la réglementation européenne. Selon le ministre belge de l'Agriculture, Denis Ducarme, "une personne de 70 kg peut manger une quinzaine d'œufs avant même d'éprouver - à cause du Fipronil - de potentiels problèmes de santé".


La NVWA, l'organisme néerlandais chargé de la sécurité alimentaire et sanitaire, nettement plus inquiet, recommande tout de même de jeter les oeufs concernés sur-le-champ. 

Comment a commencé la contamination ?

C'est toute la question. Plusieurs élevages néerlandais, confrontés aux poux rouges, des parasites néfastes pour les poules, ont fait appel à une société spécialisée, Chickfriend, qu'ils accusent d'avoir mélangé une substance illicite, le fipronil, à un produit licite pour décupler son efficacité. Mais le responsable pourrait en réalité se trouver de l'autre côté de la frontière, explique l'agence de presse néerlandaise ANP. Chickfriend a acheté le produit parasitaire Dega-16 à une autre entreprise belge. C'est elle qui aurait pu introduire le fipronil illégalement. L'enquête est en cours. 


La contamination concernerait près de 10 millions d'oeufs au total. Aldi a décidé de retirer tous ses oeufs de la vente en Allemagne, alors que d'autres chaînes comme Lidl, Rewe et Penny ont choisi de ne détruire que les œufs néerlandais. En Suisse, les deux chaînes de supermarchés les plus importantes du pays, Migros et Coop, ont fait de même. Tout comme les chaînes Delhaize, Albert Heijn, Colruyt et Aldi en Belgique. En France, aucune ligne de conduite n'a encore été communiquée.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Scandale des oeufs contaminés

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter