Des produits chimiques répandus sur l'Europe par avion ? Une ancienne théorie conspirationniste revisitée

Les traînées blanches laissées par les avions font naître de multiples spéculations.

CONTAMINATIONS - Des internautes soutiennent que plusieurs pays auraient déposé une plainte contre l'OMS. Selon eux, des avions auraient contaminé l'Europe par voie aérienne, une déclinaison de la théorie dite des "chemtrails".

En levant les yeux vers le ciel, vous avez forcément déjà observé les traînées blanches générées par le passage des avions. Depuis de longues années, elles sont au cœur de théories conspirationnistes assurant qu'il s'agit de produit chimiques relâchés dans l'atmosphère.

Ces dernières semaines, une publication Facebook a relancé cette théorie, sur fond d'épidémie de Covid-19. Une internaute bulgare a posté une série de photos repartagées plus de 100.000 fois et censées illustrer l'équipement des avions qui auraient contribué à contaminer le continent. "Incroyable ! La Pologne, la Suède et la Norvège poursuivent l'OMS pour avoir infecté l'Europe", indique le message. "Cela a été rapporté par Reuters", apprend-on, tout comme le fait que "les pilotes détenus ont admis avoir pulvérisé un produit chimique qui provoque une pneumonie chimique". Des affirmations trompeuses, étayées par des images sorties de leur contexte.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Des théories maintes fois démenties

À l'origine publiée en bulgare, cette publication a touché une très large audience grâce à la traduction automatique proposée par Facebook. Ce qui explique qu'elle soit relayée et commentée par des internautes francophones, notamment au sein de groupes dénonçant l'action des autorités. Avant de se pencher sur l'origine des images partagées, il convient de regarder les accusations, ici rapportées, à l'encontre le l'OMS. 

Aucune publication de l'agence Reuters n'accrédite de tels faits, contrairement à ce qu'indique le message. Il serait d'ailleurs curieux de voir l'OMS visée par de telles accusations, les missions de cette dernière étant de conduire d'accompagner des politiques publiques et des programmes de soutien dans le domaine de la santé à travers le monde. Ces mises en cause font écho à celles observées depuis de longues années par des militants conspirationnistes, convaincus que des entités cherchent à contaminer les populations par le biais de produits chimiques libérés par des avions en vol. Ces théories sont dites des "chemtrails", abréviation de "chemical trail", ou "traînée chimique". Rappelons que leur origine est en réalité liée à la condensation de vapeur d'eau rejetée par les moteurs d'avions.

Lire aussi

L'étude des diverses photos liées à ce message permet d'en confirmer la dimension trompeuse. En effet, il s'agit essentiellement d'images montrant ce qui ressemble à des cuves de stockage en métal, à l'intérieur des avions. Des photos dont le site belge "hoax-net" a consciencieusement retracé l'origine, et qui représentent en réalité des ballastes. Installés dans des avions en phase de test, ces réservoirs d'eau permettent de simuler les conséquences de différentes charges, ainsi que d'analyser les différentes répartitions de la masse sur les appareils. Le cliché ci-dessous montre par exemple un Airbus A380 équipé d'un tel dispositif.

Sur l'un des clichés, des cuves de couleur verte intriguent. Leur origine serait différente si l'on en croit le média espagnol RTVE, dont le service de vérification des faits a recherché l'utilisation. Ces réservoirs, ici arrimés à l'intérieur d'un avion d'apparence assez ancienne, ne contiendraient ainsi pas de l'eau, mais des produits dispersants, utilisés en mer lorsqu'il s'agit de répondre à des déversements massifs d’hydrocarbures. Dans ce cadre de marées noires notamment. L'image a été prise "à l'intérieur d'un Douglas DC-3 Dakota, un modèle développé au milieu du XXe siècle et qui a été exposé en 2009 à Coventry, au Royaume-Uni", note la rédaction de la chaîne de télévision hispanique.

La dernière photographie à analyser est celle d'un avion de ligne en vol, qui apparaît en train de déverser plusieurs tonnes d'un produit semblable à de l'eau. De quoi éveiller les soupçons puisqu'il ne ressemble pas du tout aux Canadairs auxquels nous sommes familiers. Pourtant, il s'agit bien d'un bombardier d'eau, capturé en 2006 sur la côte Ouest des États-Unis. Il est aux couleurs de la compagnie Evergreen International, pionnière dans la conversion de Boeing 747 en supertanker. Un tel appareil, conçu pour lutter contre les incendies massifs qui ravagent régulièrement la Californie, est capable d'embarquer à son bord près de 75.000 litres d'eau. 

En conclusion, on s'aperçoit dont qu'aucun élément de cette publication ne permet de justifier ou prouver les accusations de contaminations massives par voie aérienne. Aucune plainte n'a en effet été déposée contre l'OMS, et les photos censées apporter des preuves se révèlent traçables en ligne. Elles représentent des dispositifs de tests ou de lutte contre les catastrophes naturelles et environnementales. Très viraux en ligne, les messages relayés ces dernières semaines s'inscrivent dans la lignée des multiples théories conspirationnistes dites des "chemtrails". 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de deux millions de morts dans le monde depuis le début de la pandémie

Covid-19 : Frédéric Mitterrand hospitalisé en urgence à Paris

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccination : c'est parti pour la prise de rendez-vous en ligne sur le site Sante.fr

Les alertes neige sont levées, un département en vigilance crues

Lire et commenter