Des profs absents après l'ouragan Irma ? "Ils ne sont pas partis en vacances, ils sont subi un traumatisme !"

POLÉMIQUE - Alors que les autorités sont sans nouvelles de plusieurs professeurs qui auraient quitté Saint-Martin après l'ouragan Irma, la ministre des Outre-mer a menacé de sanctions ceux qui seraient coupables "d'abandons de poste". Une sortie qui a choqué des enseignants et obligé le ministre de l'Éducation nationale à arrondir les angles.

Alors que les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélémy se remettent du passage de l'ouragan Irma en septembre, la ministre des Outre-mer a mis les pieds dans le plat. Vendredi matin, sur RTL, Annick Girardin s'est dite "choquée" par les enseignants ayant quitté l'île après Irma, et a appelé à des sanctions pour ce qu'elle estime relever de "l'abandon de poste". 


Alors que 100% des élèves devraient pouvoir faire leur rentrée ce lundi dans la zone sinistrée, les propos de la ministre sont mal passés auprès de certains, alors que le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, assure "avoir mis la situation de au clair". Pour Aline Choisy, directrice de maternelle à Saint-Martin et responsable d'une cellule d'écoute après l'ouragan, "ces professeurs absents ne sont pas partis en vacances, ils ont subi un traumatisme !"


Pour l'enseignante, ex-représentante du syndicat enseignant UNSA sur l'île, "beaucoup de professeurs ont perdu leur domicile, d'autres sont traumatisés. Il y a beaucoup de femmes seules, qui ont laissé leur compagnon en Guadeloupe et qui ont vécu l'ouragan seules. C'est difficile de revenir à Saint-Martin tout de suite."

Seulement 13 professeurs absents sur 790

Un retour qui peut se révéler compliqué car un quart des foyers manquent encore d'eau potable, deux mois après la catastrophe qui a fait 11 morts. La ministre des Outre-mer a estimé que ces enseignants auraient toutefois pu "remonter leurs manches", et "faire autre choses comme accueillir les enfants" ou "réhabiliter l'école".


Une "réflexion d'avantage marquée par la colère que par la raison", tempère Rémy-Charles Sirvent secrétaire national de l'Unsa, qui évoque 50 absences "dont beaucoup pour arrêt maladie". Selon nos informations, le ministère de l'Éducation nationale a décompté seulement 13 professeurs absents sur 790.

Le recadrage du ministre de l'Éducation nationale

De l'aveu même du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, interrogé par LCI, "il n'y a pratiquement pas d'abandon de poste, il y a surtout des professeurs qui se sont mobilisés pour réussir cette rentrée". Pour M. Blanquer, "plus de 90 % professeurs sont présents pour la rentrée de lundi", et parmi les 10% restants, une "bonne partie est en congé maladie".


"Si au mois de novembre, certains professeurs étaient absents sans raison valable, nous en tirerions les conséquences", conclue le ministre qui tient pourtant à "saluer l'engagements" des enseignants. De là à parler de recadrage, il n'y a qu'un pas.


Même son de cloche chez Aline Choisy, la directrice de maternelle, qui ne pouvait compter que sur cinq enseignants parmi les 15 en poste ici : "Tous ou presque seront là lundi, pour la vraie rentrée. Nous dire de nous retrousser les manches dans ces conditions, c'est exagéré." 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Ouragan Irma : les Antilles pansent leurs plaies

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter