Restau étoilé, appel à un druide, interdire de tomber malade... Les astuces insolites des maires pour attirer des médecins

Restau étoilé, appel à un druide, interdire de tomber malade... Les astuces insolites des maires pour attirer des médecins

DESERTS MEDICAUX - De plus en plus de petites communes peinent à attirer des médecins. Au point que les maires doivent souvent mouiller leur chemises pour vanter l'attractivité de leur ville, et dérouler le tapis rouge aux généralistes.

Savoir se faire remarquer. Se vendre. Attirer. Pour lutter contre les déserts médicaux, les maires des communes ou les habitants rivalisent d’ingéniosité pour faire connaître leurs besoins, vanter l’attractivité de leur ville ou village, et ... attirer des médecins ! 

Le maire offre un appartement et un restau étoilé

Barneville-Carteret est un joli port de la Manche, et pourtant, il peine à attirer... des médecins. Au point que le maire, Pierre Géhanne, anticipe les départs en retraite et lance un appel pour attirer un futur médecin. Et autant dire que le futur praticien sera bien dorloté. Dans la Presse de la Manche, le 25 juillet dernier, le maire confiait ainsi ses engagements : "Mettre un appartement à disposition d’un couple de médecins qui souhaiterait s’installer à Barneville-Carteret", promet-il. Et n'hésitait pas à payer de sa personne : "Et c’est avec plaisir que je leur offrirai également une place dans le port, et pourquoi pas un repas par mois au restaurant étoilé, La Marine."

Barneville-Carteret, petit station balnéaire, compte que 2 200 habitants à l’année. Mais en été, sa population augmente fortement. La commune n'est pas encore considérée comme un désert médical, mais le maire prend les devants : sur les cinq médecins qu’elle comptait, deux ont récemment quitté la région, et les restants croulent déjà sous le travail. Le restaurant étoilé fera-t-il la différence ? Le maire cherche depuis déjà six mois sa perle rare. Et a eu pour l'instant peu de réponses : "Nous n’avons eu qu’un seul appel, et le candidat n’avait pas les qualifications requises pour exercer."

En vidéo

Les stratagèmes d'un maire pour attirer les médecins dans sa commune

Une chaîne humaine sur la plage

Dans le Finistère, Plonévez-Porzay a mis tous ses habitants à contributions. Il y a 5 ans, 530 des 1800 habitants se sont tous regroupés sur la plage, pour former une chaîne humaine en forme de caducée, aux côtés d'un message écrit sur le sable : "Plonévez-Porzay cherche médecins". Les images ont servi à un clip, qui a fait le buzz. 

Aux dernières nouvelles, le buzz a fait son petit effet, d'après le Parisien : deux généralistes sont venus s’installer dans le coin, un jeune généraliste francilien, et un remplaçant qui s’est installé de manière pérenne. Et la commune les dorlote : s’ils travaillent pour l’instant dans un ancien bâtiment postal, une maison médicale va bientôt être construite pour les abriter.

Des sets de table dessinés

A Douarnenez, dans le Finistère, on s’est dit que c’était aux touristes qu’il fallait se signaler. La Ville a ainsi imprimé 8 500 sets de table, qu’elle a distribué aux restaurateurs de la ville, rapporte le Télégramme. Sur le set, un dessin, conçu par un artiste local, vante le cadre de vie (forcément) fantastique de la ville de l’Ouest. L’idée : profiter de l’afflux touristique des vacanciers pour, peut-être, taper dans l’oeil du candidat idéal.

Un druide à la place du médecin

Souvenez-vous... L’initiative avait fait le buzz, en 2016 : ne trouvant plus de médecin, La Roche Derrien, petite commune des Côtes-d’Armor, avait annoncé dans la presse locale qu’elle embauchait un druide. L’annonce, pas banale, avait fait parler, reprise par les médias nationaux, mais aussi internationaux. Quelques jours après, le maire révélait que c’était un canular. Mais qui a permis de faire connaître la petite commune. Et cela avait marché : quelques semaines après, un généraliste avait remplacé le druide.

Le maire devient gourou et interdit aux gens de tomber malade

A La Garnache, en Vendée, comme on n’a plus de médecin, on interdit les maladies ! Il suffisait d’y penser ! C’est le maire, Michel Petit, qui explique cette décision, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Une vidéo, aux accents monty-pythonesques, loufoque à souhait, où l’on voit le maire, annoncer qu’il prend donc un arrêt pour interdire cette maladie, confronté tout de même à une épidémie, de se transformer en gourou, qui tente de soigner les patients à grands renforts de formules vaudou et de bougies cireuses. Avant une conclusion : "personne ne veut voir sa commune en arriver là." La vidéo est en fait une jolie ruse pour attirer, une fois encore, le médecin. 

Le buzz prendra-t-il ? La vidéo, publiée le 20 juillet, dépasse pour l'instant les 2.000 vues.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la décrue se poursuit lentement dans les services de réanimations

"Un chagrin presque insupportable" : Meghan Markle évoque sa fausse couche dans une poignante tribune

EN DIRECT - Mort de Diego Maradona : l'icône du football argentin a été enterré à l'issue d'une cérémonie privée

Producteur tabassé par des policiers à Paris : que s'est-il passé ?

Ce qu'il sera possible (ou non) de pratiquer dans les stations de ski pendant les vacances de Noël

Lire et commenter