Deux magasins Intermarché boycottent Lactalis en soutien aux paysans locaux

Deux magasins Intermarché boycottent Lactalis en soutien aux paysans locaux

Société
DirectLCI
SOLIDARITE - Deux magasins de l'enseigne Intermarché, dans les Alpes-de-Haute-Provence, ont décidé de boycotter tous les produits emblématiques de la marque Lactalis, en soutien aux petits producteurs de leur région. Au prix d'un manque à gagner important.

Numéro un mondial dans le secteur laitier, elle inonde les rayons de vos supermarchés. Et pourtant, depuis quelques semaines, deux petits magasins de l'enseigne Intermarché, dans les Alpes-de-Haute-Provence, ont décidé de boycotter les produits de la marque Lactalis. Leur but : soutenir le combat des petits éleveurs locaux pour l'augmentation des prix du lait, estimant que le géant industriel ne respecte pas ses engagements contractuels. Une démarche repérée par metronews et que nous explique Alain Le Caer, directeur de magasin, à Forcalquier.

Pourquoi avoir décidé de supprimer Lactalis de vos rayons ?
C'est une démarche solidaire, qui vise à soutenir les producteurs locaux avec qui nous travaillons très souvent. Que ce soit les légumes, les melons ou les produits laitiers, nous essayons au maximum de les choisir parmi les petits paysans. Cette initiative a été décidée le 17 août par Nicolas Garcia, patron de deux magasins Intermarché à Forcalquier et à Peipin, toujours dans les Alpes de Haute Provence. En quinze ans d'activité dans les supermarchés, c'est la première fois que j'assiste à une opération de ce type.

Le manque à gagner n'est-il pas trop pesant ?
Nous perdons beaucoup oui, car Lactalis est un grand groupe et se priver de ses produits, ce n'est pas rien. Mais pour l'heure, l'enseigne Intermarché n'est pas intervenue. Nous régissons notre magasin de manière indépendante : cette initiative, c'est notre choix. Du côté des clients, on a eu que des retours positifs. Et même, notre initiative est en train de créer l'engouement sur les réseaux sociaux. ( Sur Facebook, ndlr ) On ne s'y attendait pas du tout. Faire le buzz, ce n'était évidemment pas le but de la démarche. Tout ce qu'on veut, c'est aider les producteurs de notre département et on tiendra le temps qu'il faudra...

Un supermarché qui se mobilise pour les éleveurs locaux, ce n'est pas anodin. D'après vous, votre initiative peut-elle faire évoluer leur situation ?
Nos magasins sont de petites structures, on amène seulement un soutien mineur, à notre modeste niveau. C'est évidemment au gouvernement de faire avancer les choses. Ceci étant dit, si toutes les enseignes pouvaient se bouger comme nous, peut-être assisterait-on enfin à une évolution positive.

EN SAVOIR + >> Crise des éleveurs : d'où viennent les 600 millions d'euros débloqués par le gouvernement ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter