Devenir pilote de ligne avec un bac +2, est-ce bien raisonnable ?

Société
DirectLCI
PILOTAGE - Pour combler un important besoin en pilotes de ligne, Air France ouvre à partir du 30 janvier une nouvelle formation de 24 mois, accessible dès le bac, et qui permettra de piloter des A320. Mais est-ce bien raisonnable en matière de sécurité ?

Devenir pilote de ligne en deux ans avec seulement un baccalauréat en poche ? Ce sera bientôt possible, assure la compagnie Air France. Entre le développement des filiales low-cost, l’augmentation du nombre de passagers et de nombreux départs à la retraite, la compagnie française estime qu'elle aura besoin de recruter 250 pilotes de ligne chaque année jusqu’en 2022. Alors que les conditions permettant de devenir pilote chez Air France étaient jusque-là particulièrement strictes, la compagnie aérienne a été amenée à revoir ses critères en conséquence et a annoncé vendredi 19 janvier la réouverture de sa filière Cadets Air France", fermée depuis 2008.


Pour intégrer ce cursus, détaille la compagnie aérienne, il faut notamment posséder la nationalité d’un pays européen, parler couramment le français et bien l’anglais (850 points minimum au TOEIC), avoir une aptitude médicale de Classe 2 et ne pas avoir échoué plus d’une fois lors d’un autre concours Air France. Pour ce qui est des compétences théoriques, les candidats doivent avoir au minimum le baccalauréat et avoir validé leur licence européenne de pilotage d’avion (ou Airline Transport Pilot Licence abrégé ATPL en anglais).

Deux ans de pratique et un an de théorique

Mais est-ce bien raisonable de confier les commandes d'un avion à un pilote de ligne formé en seulement deux ans ? "Dans la plupart des compagnies aériennes, on considére qu'il faut en moyenne deux ans de pratique avec un instructeur, et un an de cours théorique pour former un pilote de ligne, explique Gérard Feldzer, ancien commandant de bord chez Air France. "Grâce au simulateur de vol, on peut désormais effectuer quasiment toutes les pannes en vol, poursuit ce spécialiste. Cela a notamment permis d’accélérer de manière considérable la formation des pilotes de ligne." A tel point que les compagnies aériennes rêvent de former les pilotes uniquement via le simulateur de vol, car cela revient beaucoup moins cher.

D’ici vingt ou trente ans, la question de la formation des pilotes ne se posera plusGérald Feldzer, ancien commandant de bord chez Air France

Un "rêve" d'autant plus à portée de main que la part d'électronique dans les avions actuels est de plus en plus importante. Cependant, il arrive parfois, en cas d'incident, que le pilote doive passer en commande manuelle, comme on l’a vu par le passé. "Sans véritable formation de pilotage en condition réelle, le commandant Sully n’aurait pas été capable de faire amerrir son avion et il est fort probable qu’il aurait tué tous les passagers qui se trouvaient à bord", estime Gérald Feldzer, citant un l'exemple d'amerrissage en baie d'Hudson, récemment incarné sur le grand écran par Tom Hanks. "Piloter un avion, ce n'est pas comme conduire une voiture. Nous serons évidemment très vigilants à ce à ce que le nombre d'heures de formation minimum soit maintenu, il en va de la sécurité des passagers", souligne Grégoire Aplincourt, président du deuxième syndicat de pilotes à Air France (Spaf).

En vidéo

JT 20H - Il est "Sully" : rencontre avec Chesley Sullenberger, le pilote-héros de l'Hudson

"Lors d'une panne en vol, la procédure est de tout déconnecter et de revenir à un pilotage traditionnel, en passant en commandes manuelles, reprend notre spécialiste. Or, si vous n’avez pas eu de une formation en vol à vue sur de petits avions, vous êtes pommés." On a pris conscience de cela lors de l’incident Rio-Paris, où le pilote ne s’est pas aperçu qu’il était en train de décrocher. Si on retire toute la partie sensation du vol, cela peut avoir des conséquences très graves." D'après Gérald Feldzer, d’ici vingt ou trente ans, la question de la formation des pilotes ne se posera plus, étant donné que les avions devraient vraisemblablement être pilotés par des robots. "

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter