Dictée, calcul mental et méthode syllabique : les "recommandations" de Blanquer aux instituteurs

Société
DirectLCI
INSTRUCTIONS - Le ministre de l'Éducation nationale détaille dans "Le Parisien" les quatre circulaires envoyées aux enseignants de l'école primaire. "L'idée n'est pas d'homogénéiser les pratiques, mais de créer une référence commune", dit-il.

"Bien des manières de faire sont possibles pour les professeurs. Mais il y a un cadre et je crois que beaucoup d'enseignants l'attendaient. La liberté pédagogique n'a jamais été l'anarchisme pédagogique", affirme Jean-Michel Blanquer, dans Le Parisien ce jeudi. Le ministre de l'Éducation nationale détaille quatre circulaires envoyées aux enseignants du primaire, contenant des "recommandations" précises sur la meilleure manière d'inculquer les bases du calcul, de la lecture et de la grammaire. 


"L'idée n'est pas d'homogénéiser les pratiques mais de créer une référence commune. Ce n'est pas la même chose", justifie Jean-Michel Blanquer dans Le Parisien. Plusieurs milliers de livrets de 130 pages sur "l'apprentissage de la lecture au CP" ont été envoyées dans toutes les écoles de France. 

Une dictée quotidienne

Sur l'enseignement de la grammaire et du vocabulaire, ces recommandations indiquent qu'il est "nécessaire de consacrer au moins trois heures par semaine à un enseignement structuré de la langue", avec des leçons dispensées "chaque jour de la semaine tout au long de l’année scolaire". Une des circulaires ajoute que, "du CP au CE2, de cinq à dix œuvres sont étudiées par année scolaire".


Au CP en particulier, "les exercices d’écriture ont une durée quotidienne de deux fois quinze minutes. Ils sont complétés chaque jour par une dictée de dix à quinze minutes", recommande l'Éducation nationale. Objectif : "Que les élèves maîtrisent l’écriture de toutes les lettres minuscules parfaitement". Pour cela, un cahier particulier est même recommandé :  le format 17 x 22 cm à réglure Séyès (le lignage à grands carreaux avec la marge rouge à gauche), précise Le Parisien. Le ministre veut également faire disparaître progressivement les photocopies pour que chaque élève dispose d'un manuel. 

En vidéo

VIDÉO - Bac : Blanquer donne les pistes de la réforme

Ni méthode globale, ni méthode "mixte"

Toujours en CP, le livret indique que "le temps consacré au travail sur le code sera prioritaire au cours préparatoire". Le "code" signifie, dans l'éducation, le fait de déchiffrer les lettres et les syllabes. Et le ministre réaffirme que la méthode syllabique est la seule vouée à être utilisée. "Entre quelque chose qui ne marche pas – la méthode globale – et quelque chose qui fonctionne – la syllabique - il ne peut y avoir de 'compromis' mixte. Ce sujet ne relève pas de l’opinion, mais de faits démontrés par la recherche. C’est très clair, et j’aimerais vraiment que ce débat soit une fois pour toutes derrière nous", affirme Jean-Michel Blanquer.


Dans les faits, il n'y a presque pas de professeurs utilisant la méthode globale, mais certains peuvent utiliser une méthode "mixte", en faisant apprendre certains mots. "Cette pratique ne correspond pas à une bonne méthode. Créer chez l’enfant le réflexe de photographier l’image d’un mot ou de le deviner par son contexte est une très mauvaise habitude", tranche le ministre. "La grande majorité des manuels proposés aux professeurs s’appuient sur une méthode dite mixte qui ne répond pas aux exigences de la maîtrise du code", peut-on lire dans les recommandations.


Ces recommandations du ministère ajoutent que "la majorité des enfants en difficulté en début d’apprentissage de la lecture ne sont pas dyslexiques", et qu'un "diagnostic formel de la dyslexie ne peut pas être posé avant la fin du CE1". Pour remédier à ces difficultés, "il est nécessaire de proposer un entraînement spécifique, structuré, systématique et explicite par petits groupes d’élèves à profils similaires ou proches".

Savoir compter jusqu'à 30 en fin de grande section

Les circulaires donnent aussi des indications sur les mathématiques. Les enfants doivent ainsi pouvoir compter jusqu’à 30 en fin de grande section. Des comptines comme "Un, deux, trois nous irons au bois" peuvent servir d'appui. Enfin, les élèves de CP devront connaître par cœur leurs tables d’addition et s'exercer au calcul mental 15 minutes par jour au minimum.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter