Diesel : Valls ouvre la voie au rapprochement du prix du diesel et de l'essence

SOCIÉTÉ
CARBURANT – Manuel Valls a jugé mercredi "légitime" le rapprochement des fiscalités du diesel et de l'essence, portant un nouveau coup à la motorisation la plus répandue en France. Il a toutefois estimé qu'il fallait prendre le temps de cette conversion du parc automobile hexagonal.

Porté par le scandale Volkswagen, le débat sur la sortie du diesel s'accélère. Interrogé mercredi sur RTL, le Premier ministre a estimé "légitime" la volonté de rapprocher la fiscalité du diesel et de l'essence, alors que des amendements au projet de loi de Finances sur cette mesure ont été déposés par des députés socialistes. Parmi eux, celui d'Olivier Faure propose d’accroître de 2 centimes la taxe sur le diesel et de baisser de 1 centime celle sur le super 95 avec du bioéthanol, rappelle Les Echos.

Cette fiscalité avantageuse dont bénéfice le diesel depuis de nombreuses années a largement contribué à soutenir ce marché jusqu'à en faire la première motorisation en France. Le prix du diesel est toujours d'ailleurs 15 centimes en dessous de celui l'essence, même si le litre de diesel a augmenté de 2 centimes cette année pour combler en partie l'abandon de l'écotaxe. Actuellement, 64% du parc automobile particulier français est composé de moteurs diesels, dont la nocivité pour la santé est largement reconnue aujourd'hui.

Une réunion cette semaine

Dans ce contexte, le Premier ministre, s'il ouvre la voie à l'augmentation du prix du diesel, qui porterait sans doute un coup fatal à cette catégorie de carburant, a fait preuve de prudence sur l'application d'une telle mesure.

"Je réunirai cette semaine plusieurs ministres pour évoquer les solutions que nous pourrions proposer sans que cela représente un coût supplémentaire (...) pour les conducteurs, et sans que cela puisse représenter non plus un danger, une mise en cause des emplois dans l'industrie automobile", a annoncé Manuel Valls. "Je crois que c'est possible, mais ça veut dire qu'il faut le faire intelligemment, en prenant le temps, et sur plusieurs années", a-t-il ajouté.

EN SAVOIR + >> Diesel : pourquoi ça va encore augmenter

Dimanche, la ministre de l'écologie Ségolène Royal avait estimé sur France 5 qu'il fallait "programmer les choses sur cinq ans, sortir de l'avantage du diesel sur cinq ans". Au sujet d'une nécessaire sortie progressive du diesel, l'amendement d'Olivier Faure prévoit par exemple d'allouer une partie des recettes supplémentaires générées par l'augmentation du prix à la pompe au financement de la reconversion du parc à travers un avantage fiscal ou un bonus accordés aux propriétaires de véhicules diesel pour leur permettre de passer à l'essence, voire à l'électrique.

À LIRE AUSSI
>> Volkswagen : le rappel des véhicules truqués devrait commencer en janvier
>> "Dieselgate" : des ingénieurs de Volkswagen passent aux aveux
>> Volkswagen : portrait d'un leader mondial en pleine crise

Lire et commenter