Digoin : le maire nous raconte comme se passe l'accueil des migrants évacués de la "jungle" de Calais

ACCUEIL - Les premiers migrants qui avaient quitté Calais en début de journée sont arrivés dans leur village d’accueil. C’est le cas à Digoin, en Saône-et-Loire où 25 Soudanais ont pris place dans un centre d’accueil géré par l’Etat.

"Nous sommes enfin arrivés", telle était en substance la teneur des propos d’une partie des migrants qui ont qui quitté Calais tôt lundi matin. Un soulagement à la hauteur de leurs espérances. A Digoin, ce sont 25 Soudanais qui sont arrivés vers 18h. Si la ville a été prévenue de leur arrivée vers 13h30 dans la journée, elle a aussi l’habitude d’accueillir des réfugiés.

Tout s’est bien passé depuis leur arrivée, ils ont été pris en charge directement par le centre. Il y a 14 salariés dans ce centre et une longue tradition d’accueil.Fabien Genet, maire de la ville.

Car depuis 1994, ce sont plus de 1.600 migrants qui ont transité par cette bourgade de Saône-et-Loire où se trouve un centre directement géré par l’Etat.

Un accueil réussi… quid de la suite ?

"Cette arrivée n’a pas fait de vagues dans la commune, explique le maire Fabien Genet. Les gens sont habitués et surtout la municipalité reste attentive afin d’accueillir les migrants dans les meilleurs conditions possibles".

Lire aussi

Il y a les difficultés économiques de la région, aggravées par celles de notre filière céramique, ainsi que la médiatisation (du démantèlement de la jungle), donc il faut donc faire attention au développement des protestations.Fabien Genet, maire de la ville.

Mais que vont-ils faire désormais ? Le maire indique qu’ils vont d’abord être accueillis dans un CAO (Centre d’Accueil et d’Orientation) où ils pourront effectuer des démarches pour obtenir l’asile. Ce centre leur sera ouvert jusqu’en décembre. Un accueil provisoire le temps d’accéder à toutes les procédures.


Ils seront ensuite redirigés vers d’autres centres, "cela fonctionne comme ça à Digoin", rappelle-t-il. "Un migrant en chasse un autre". Surtout, une chose prime à Digoin : que l’Etat finance à 100 % cet accueil. Et par conséquent que le contribuable ne mette pas la main à la poche.

En vidéo

Le maire de Digoin parle de la tradition d'accueil de sa commune à l'occasion de l'ouverture d'un centre

En vidéo

Le maire de la commune de Digoin explique que c'est l'Etat qui gère le centre d'accueil de migrants local

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le démantèlement de la "Jungle" de Calais

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter