Djihad en Syrie : la déroutante cavale d'Assia

Djihad en Syrie : la déroutante cavale d'Assia

ENQUÊTE - La garde à vue d'Assia, l'adolescente de 15 ans qui a fugué pendant quatre jours à Marseille dans le but d'aller ensuite "faire le djihad en Syrie", a été prolongée dimanche soir. La jeune fille de 15 ans qui a été retrouvée samedi soir n'aurait exprimé "aucun regret" concernant sa décision.

Pour elle, c'était "une expérience de la vraie vie". Ce dimanche soir, la garde à vue pour "vol de carte bancaire et usage frauduleux" d'Assia, l'adolescente de 15 ans qui a fugué pendant quatre jours à Marseille dans le but d'aller ensuite "faire le djihad en Syrie" , a été prolongée, a annoncé le procureur de la République de Vienne (Isère), Matthieu Bourrette.

Placée en garde à vue dans la nuit de samedi à dimanche, la mineure aurait déclaré qu'elle trouvait qu'il n'y avait "pas de problème à aller tuer son prochain et à aller faire le djihad", selon le procureur. Le magistrat a "souhaité qu'elle soit présentée dès lundi au juge des enfants avec ouverture de deux dossiers, l'un en assistance éducative, l'autre à caractère pénal, la considérant comme en danger avec ses multiples fugues, mais également potentiellement dangereuse ou du moins s'inscrivant dans un acte de délinquance".

Quatre jours à Marseille

Activement recherchée depuis quatre jours après avoir disparu de Villefontaine (Isère), où elle est domiciliée, l'adolescente a finalement été retrouvée dans une brasserie près de la gare Saint-Charles à Marseille (Bouches-du-Rhône) samedi. "Elle a déclaré aux enquêteurs avoir fait diverses rencontres et partagé sa chambre avec plusieurs individus sans qu'il y ait eu, semble-t-il, de relations intimes avec eux, a fait savoir le procureur. Elle a également indiqué avoir été dépouillée dans les quartiers Nord de Marseille, où elle s'était rendue mercredi. Elle a également dit avoir cherché du travail et avoir travaillé vendredi dans un bar. Nous avons réussi à identifier le bar. La responsable a nié l'avoir embauchée."

S'agissant des retrouvailles avec les parents, les enquêteurs auraient eu deux versions distinctes. "Les parents, entendus dans la nuit de samedi à dimanche, ont indiqué qu'ils avaient décidé de partir samedi après-midi pour Marseille et qu'ils avaient présenté plusieurs photos à des jeunes pour voir si ces derniers connaissaient leur fille. Cela leur aurait permis de la retrouver, a dit Matthieu Bourrette. La mineure a une position différente qui nous paraît plus cohérente et plus crédible. Selon ses déclarations, à la suite de la diffusion de sa photo dans les médias, des jeunes l'auraient reconnue dans la rue et identifiée. Ils seraient allés vers elle pour lui dire qu'elle était recherchée et auraient ensuite appelé les parents de la jeune fille qui seraient venus la chercher."

Les parents ne répondent plus

Sur le mobile de sa disparition, Assia a confirmé qu'elle avait fugué pour quitter le territoire national et aller "faire le djihad". "Pour elle, le djihad correspond à la guerre sainte. Elle voulait partir en Syrie", a dit Matthieu Bourrette. "Elle n'a aucune conscience religieuse. Elle ne parle absolument pas l'arabe. Les éducateurs qui l'ont vue ont constaté qu'elle comprenait ce qu'elle apprenait par cœur, mais qu'elle était incapable d'avoir une analyse sur son degré de religiosité. On est sur une logique plutôt d'atavisme, d'endoctrinement, que de réelle implication et d'amour pour la sphère religieuse… Ce matin [dimanche], par exemple, quand elle s'est présentée à moi, elle n'avait plus son voile. Cela n'avait pas l'air de lui poser problème", a ajouté le procureur.

Quant aux parents, Matthieu Bourrette a regretté qu'ils "aient préféré informer les médias plutôt que les enquêteurs de la découverte de leur fille". Le procureur a ajouté qu'il ne "comprenait pas leur absence au rendez-vous de ce dimanche avec la gendarmerie", précisant qu'ils étaient injoignables depuis.

"Leur explication est pour le moins oiseuse. Il me paraît extrêmement difficile de décider d'aller diffuser des petites images dans une ville qui compte plus d'un million d'habitants et, en trois heures de temps, de réussir à retrouver son enfant", a-t-il dit. Les parents d'Assia sont convoqués lundi matin à 8 h 30 au tribunal de grande instance de Vienne. Reste à savoir s'ils se présenteront ou non.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Renvoi du Premier ministre, accusation de "coup d'État", manifestations... Que se passe-t-il en Tunisie ?

Covid-19 : le nombre de patients hospitalisés repasse au-dessus de la barre des 7000

Covid-19 : face à l'explosion des cas, la Haute-Corse prend de nouvelles mesures restrictives

EN DIRECT - L'Algérie supprime la quarantaine pour les voyageurs malgré un pic de cas de Covid-19

Pass sanitaire, terrasses, obligation vaccinale... Ce que prévoit le projet de loi adopté par le Parlement

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.