DOCUMENT - 22 mars 1968 à la fac de Nanterre : voici l'enregistrement de la voix de Cohn-Bendit

ARCHIVES - Le 22 mars 1968 , une centaine d’étudiants se rassemblent en assemblée générale à l’université de Nanterre. 4 minutes et 15 secondes d’histoire dans une cassette audio. Un des étudiants présents à l’assemblée générale enregistre la séance. Nous vous proposons d'en écouter un extrait.

Sur la bande magnétique, vieille de 50 ans, la voix reconnaissable d’un jeune étudiant, Daniel Cohn-Bendit : "Nous sommes désormais décidés à mener la lutte pour que tous ceux qui sont victimes de la répression soient libérés". 


"Moi, quand je suis ce soir-là à Nanterre, je n’ai pas l’impression qu’une page Historique est en train de s’ouvrir", explique à TF1 Patrice Louis, l’auteur de l’enregistrement. Qui à ce moment-là peut imaginer que ça va dégénérer dans une page d’histoire ?"

C’est pourtant à ce moment-là que le premier acte de la révolte de mai 68 se joue, sur fond d’opposition à la guerre du Vietnam, d’aspiration à la liberté sexuelle et, plus prosaïquement, de mixité dans les dortoirs universitaires. Les jeunes de 68 jugent le président de la République, et la société française, archaïques. 


"Le général De Gaulle, est né au XIXe siècle en 1890 et a quand même 79 ans », rappelle Philippe Artières, historien au CNRS, auteur de 1968, une histoire collective. Donc, il y a quelque chose là qui ne passe pas". Dans la foulée des événements, à Nanterre, on recense quelques changement : la mise en place d’élections étudiantes, la généralisation du contrôle continue et la formation permanente. Mais l’université démocratique rêvée peine à se mettre en place dans les années suivantes

"Manque de moyens pour que le contrôle continu soit mis en œuvre, les professeurs sont surchargés de travail et le temps consacré à la pédagogie ne va pas être aussi important que prévu", note Cédric Lecocq, agrégé doctorant d’histoire, enseignant à l’université de paris X et spécialiste de la période. 


50 ans plus tard, une trace de ce printemps dans les couloirs de Nanterre. La fresque réalisée par un étudiant de l’époque, Yvan Messac, aujourd’hui artiste, a été reproduite à l’identique. Une reproduction donc. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter