Donner la fessée à son enfant est désormais interdit par la loi

Donner la fessée à son enfant est désormais interdit par la loi
SOCIÉTÉ

FINI ! - Depuis le 22 décembre dernier et l'adoption du projet de loi "égalité et citoyenneté", "tout recours aux violences corporelles" est interdit dans l'exercice de l'autorité parentale. En clair : les parents n'ont plus le droit de donner une fessée ou une gifle à leurs enfants.

Le 22 décembre dernier, le Parlement a donné son feu vert définitif, par un vote de l'Assemblée, au projet de loi "égalité et citoyenneté", dernier texte d'envergure du quinquennat. Parmi les différentes mesurés adoptée, l'une d'entre elles est passée presque inaperçue. Le texte introduit aussi dans le code civil "l'exclusion de tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles". 

Selon l’Observatoire de la violence éducative ordinaire (OVEO), cela veut dire que "tous les actes de violence, verbaux, psychologiques ou physiques (gifler, fesser, pincer, tirer les oreilles ou les cheveux, donner des coups de pied, secouer, saisir brutalement, bousculer, pousser, contraindre l’enfant dans une position inconfortable, le priver de nourriture…) envers les enfants" sont désormais interdits. En clair : les parents ne pourront plus donner de fessées à leurs enfants.

Un texte à valeur symbolique

Une disposition saluée par des associations comme la Fondation pour l'enfance ou l'Observatoire de la violence éducative ordinaire, qui réclamaient l'interdiction de cette pratique depuis plusieurs années. Comme le souligne Europe 1, ce texte n'a qu'une "valeur symbolique" mais il sera inscrit dans le livret de famille et déclaré lors des mariages civils. 

Le gouvernement souhaite avant tout faire évoluer les mentalités et les comportements. "Nous attendons maintenant que cette loi soit accompagnée de campagnes d’information et de sensibilisation de l’ensemble de la société et de mesures d’aide et de soutien aux parents afin de privilégier un accompagnement respectueux des enfants", ajoute l'OVEO dans un communiqué.

Lire aussi

En vidéo

VIDEO - Fessée : "Ce n'est pas un sujet drôle"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter