Droit de vote des femmes : c'était il y a 70 ans

Droit de vote des femmes : c'était il y a 70 ans

DirectLCI
ANNIVERSAIRE – Par une ordonnance du 21 avril 1944, les femmes obtenaient le droit de vote, bien après de nombreux pays occidentaux. Mais soixante-dix ans plus tard, les femmes demeurent toujours à l'écart des fonctions électives.

Cela paraît lointain mais demeure étonnamment récent. Il y a 70 soixante-dix ans, jour pour jour, les Françaises obtenaient enfin le droit de vote, près d'un siècle après l'adoption du suffrage universel masculin (1848). Le 21 avril 1944, c'est grâce à un amendement du communiste Fernand Grenier, portant sur l'ordonnance relative à l'organisation des pouvoirs publics à la Libération, que les femmes deviennent des citoyennes à part entière.

Elles doivent cependant attendre plus d'un an, aux élections municipales du 29 avril 1945, pour pouvoir exercer ce droit. Douze millions d'électrices sont alors attendues dans les urnes. L'actrice Jeanne Boitel, la chanteuse Marie Dubas, célèbre interprète de "Mon légionnaire" , la scientifique Irène Joliot-Curie, prix Nobel de chimie, ou encore l'épouse du général, Yvonne De Gaulle, sont photographiées, glissant leur bulletin dans l'urne.

73 % des députés sont des hommes

Ce droit, conquis de haute lutte par les Françaises, intervient bien après son obtention par les Anglo-saxonnes, les Nordiques voire les Turques . Dès 1893, les Néo-zélandaises peuvent se rendre aux urnes, plus de cinquante ans avant les femmes de l'Hexagone ! Les Scandinaves obtiennent, quant à elles, le droit de vote entre 1906 et 1919. En 1918, c'est au tour de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne, de l'URSS et de la Pologne, en 1919 des Etats-Unis, et en 1934 de la Turquie kémaliste.

Mais la France fait de la résistance, notamment parmi les anticléricaux. Certains voient en effet dans la ferveur religieuse supposée des femmes le risque de faire voter le curé. Néanmoins, en 1945, le droit de vote des femmes n'est plus contesté. En effet, s'il "est un honneur pour la femme, ses souffrances de guerre, ses mérites dans la lutte pour le pain familial, pour la concorde humaine, la liberté, la libération de la France", font qu'"elle l'a bien mérité", écrit, à l'époque, La Voix des communes.

Néanmoins, sept décennies après l'obtention du droit de vote, force est de constater que les femmes demeurent toujours à l'écart des fonctions électives . Aujourd'hui, 95 % des présidents de conseil généraux, 73 % des députés et 78 % des sénateurs sont des hommes. Des déséquilibres auxquels tentent de remédier depuis 2000 les différentes lois sur la parité afin de parvenir à une réelle égalité homme-femme dans la vie politique. 

Plus d'articles

Sur le même sujet