Drôme : en soutien aux zadistes de Notre-Dame-des-Landes, des manifestants occupent la mairie de Die

Drôme : en soutien aux zadistes de Notre-Dame-des-Landes, des manifestants occupent la mairie de Die

Société
SOUTIEN - Alors que l'évacuation de la ZAD devient de plus en plus violente, des manifestants ont décidé d'occuper la maire de Die dans la Drôme ce mercredi. Ils souhaitent soutenir les zadistes dans leur lutte face à l'Etat.

Près d'une centaine de partisans des zadistes de Notre-Dame-des-Landes occupent depuis mercredi matin la mairie de Die, dans la Drôme pour exprimer leur "opposition au dispositif policier et militaire" déployé sur le site de NDDL, a-t-on appris de sources concordantes. Les manifestants, arrivés vers 11H30, entendent rester sur place toute la nuit, a indiqué à nos confrères de l'AFP le secrétaire général de la Préfecture, Frédéric Loiseau, selon lequel une trentaine d'entre eux se trouvait en début de soirée à l'intérieur du bâtiment et environ 70 à l'extérieur.

Dans un communiqué signé "la Commune Libre du Diois" et transmis à l'AFP, les protestataires dénoncent le fait que "tout comme la Zad de NDDL", leur "territoire rural, comme beaucoup d'autres, est mis à mal par des décisions absurdes et destructrices". Ils citent notamment la "fermeture de la maternité", le "grignotage des terres agricoles par des projets inutiles", une "politique migratoire raciste et inhumaine" et la "casse des services publics".


Les manifestants, qui appellent à une "convergence" entre les "luttes des cheminots, des salariés du rail, des exilés et des étudiants" ont déployé une banderole sur une des façades de la mairie proclamant "De la ZAD au Rail, nos luttes n'ont pas de frontières".

Une dizaine de gendarmes ont pris position aux abords de la mairie. Le maire, Gilbert Tremolet, a entamé à plusieurs reprises le dialogue avec les protestataires, sans résultat, selon la préfecture. "On n'exclut pas un scénario d'évacuation, mais notre souci est d'assurer la sécurité des forces de l'ordre et des citoyens qui occupent les lieux", a indiqué M. Loiseau.

Dans le Tarn, une trentaine de partisans des zadistes de NDDL ont envahi, pacifiquement et brièvement, la mairie de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn), dont le maire, Raphaël Bernardin, est le référent départemental de La République en Marche.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Notre-Dame-des-Landes : après l'abandon et l'évacuation, le dépôt des dossiers

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter