Du sursis pour le père qui avait étouffé sa fille handicapée

Du sursis pour le père qui avait étouffé sa fille handicapée

DirectLCI
SEINE-ET-MARNE - La cour d'assises de Melun a condamné à cinq ans de prison avec sursis un homme qui avait tué sa fille de 6 ans lourdement handicapée en janvier 2011 à leur domicile de Boulancourt. Un verdict conforme au réquisitoire.

Il disait avoir agi pour mettre fin aux souffrances de sa fille de 6 ans. L'homme de 45 ans jugé depuis mardi devant la cour d’assises de Seine-et-Marne pour avoir, en janvier 2011, étouffé son enfant handicapé, a été condamné à cinq ans de prison avec sursis. La cour a assorti cette peine, conforme au réquisitoire, d'une mise à l'épreuve de trois ans assortie d'une obligation de soins.

"Verdict d'apaisement"

Ce maçon de formation avait reconnu lors des auditions avoir prémédité son acte, évoquant son désespoir face à la situation de la petite fille. Celle-ci, née prématurée en 2004, était tétraplégique, épileptique et souffrait d'un retard mental. Elle devait être assistée dans tous les gestes du quotidien. Le père l'avait tuée dans la nuit du 3 au 4 janvier à Boulancourt, après avoir passé avec elle les fêtes de fin d'année. Il avait prévu de tuer ensuite son épouse puis de se donner la mort, mais n'en avait pas eu le courage.

"C'est un verdict d'apaisement, qui concilie à la fois les exigences de la loi et la reconnaissance de l'amour qu'il portait à sa fille", a réagi l'avocat de l'accusé, Maître Hubert Delarue, saluant une décision empreinte "d'humanité". "Le verdict est parfaitement adapté à la situation", a renchéri Maître Sophie Ksentin, avocate de l'association La voix de l'enfant, partie civile dans le procès. "Il fallait reconnaître la culpabilité de l'accusé, tout en se montrant compréhensif à son égard."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter