E-cigarette : vapoter au bureau sera interdit dans "quelques semaines"

SOCIÉTÉ

Au micro de France Inter mardi, la ministre de la Santé Marisol Touraine a évoqué les mesures du plan anti-tabac, dont l’interdiction à venir de la cigarette électronique au travail, et son souhait de voir le burn-out devenir une maladie professionnelle.

Vapoter au travail bientôt prohibé
La cigarette électronique bientôt interdite sur le lieu de travail. Aujourd'hui toléré, sauf disposition contraire notifiée dans le règlement intérieur, le fait de vapoter sur son lieu de travail sera interdit "dans quelques semaines", a indiqué mardi la ministre de la Santé Marisol Touraine, sur France Inter.

Cette mesure avait été annoncée en septembre dernier dans le cadre du plan anti-tabac. Elle devait être intégrée par un amendement au projet de loi et visait à bannir l'usage de l'e-cigarette dans les espaces clos collectifs de travail. "La priorité pour moi, c'est d'éviter que le geste de fumer soit banalisé, soit considéré comme un geste de séduction, un geste d'appartenance à un groupe", a déclaré Marisol Touraine. 

Fumer désormais interdit dans les aires de jeu pour enfants
Le décret instaurant l'interdiction de fumer dans les aires de jeu pour enfants est paru ce mardi au Journal Officiel, a annoncé la ministre. "Des parents me disaient à quel point ils étaient choqués que leurs enfants trouvent des mégots dans les bacs à sable", a commenté Marisol Touraine, ajoutant : les "aires de jeu pour enfants sont faites pour les enfants et pas pour les fumeurs". Cette interdiction fait partie des mesures annoncées dans le cadre du plan anti-tabac.

Le burn-out, maladie professionnelle ou pas ?
Mardi, Marisol Touraine s'est par ailleurs exprimée en faveur d'une réintroduction du syndrome d'épuisement professionnel, dit burn-out, dans la liste des maladies professionnelles établie dans le cadre du projet sur le dialogue social. Ce dernier a en effet été retiré de la liste le 24 juin dernier par le Sénat. Selon l'amendement socialiste adopté en première lecture à l'Assemblée nationale, la prise en compte de ces pathologies devait se faire via le système complémentaire de reconnaissance des maladies professionnelles et être reconnues aux mêmes conditions que les autres affections.

À LIRE AUSSI
>> Les études sur la cigarette électronique sont-elles fiables ?
>> Sa cigarette électronique lui explose dans la main

Lire et commenter