EA Guingamp : l'équipe féminine suspendue après une grève pour de meilleures conditions de travail

EA Guingamp : l'équipe féminine suspendue après une grève pour de meilleures conditions de travail

DirectLCI
ÉGALITE - L'équipe féminine de l'EA Guingamp est suspendue "jusqu'à nouvel ordre" après avoir refusé de se rendre à l'entraînement : un boycott visant à exiger davantage de moyens techniques et matériels, ainsi qu'une hausse de leurs primes.

Elles ont boycotté l'entraînement pour témoigner de leur ras-le-bol. L'équipe féminine de l'EA Guingamp est restée aux vestiaires, jeudi 8 février dernier, alors même que l'entraîneure de la sélection nationale, Corinne Diacre, avait fait le déplacement. 


La raison de cette grève ? Une demande d'amélioration des conditions de travail de ces joueuses de D1. Sollicitées par LCI, elles ne souhaitent pas s'exprimer pour le moment, mais selon nos informations, leurs requêtes portent notamment sur le montant de leurs primes, les mises à disposition de terrains, d'installations, de matériel et de dispositif médical. 

Des revendications qui passent mal

Basées à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), elles s'estiment en effet moins bien loties que leurs collègues masculins au sein du même club. Mais auprès de leur direction, force est de constater que leurs revendications passent mal. "Je me suis rendu sur place jeudi pour constater le refus d'obtempérer", a ainsi réagi Bertrand Desplat, président du club, auprès du Télégramme. "Ça m'a mis en colère, d'autant plus qu'une réunion était prévue au sujet de ces revendications le lendemain. C'est pourquoi j'ai décidé de protéger ce groupe en le mettant en repos jusqu'à nouvel ordre."


Prochaine étape ? Deux réunions, dès ce mardi matin pour d'une part évoquer les différentes revendications des joueuses et d'autre part, envisager des sanctions, la direction évoquant, selon Ouest France, "des comportements inadmissibles et irrespectueux". 

"Former des hommes"

Contactée, la présidence du club n'a pour l'heure pas donné suite. Sera-t-elle néanmoins sensible aux arguments de son équipe féminine ? Sur les réseaux sociaux, les supporters se montrent solidaires du mouvement, d'autant plus qu'à Guingamp existe une tradition de formation sportive et scolaire de haut niveau pour les jeunes espoirs du foot qui peuvent ainsi bénéficier d'infrastructures adaptées : c'est "l'Akademi" de Guingamp, qui a d'ailleurs pour mot d'ordre : "Former des footballeurs, c'est avant tout former des hommes".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter