64 millions d'autotests à l'école : le mode d'emploi en neuf questions

64 millions d'autotests à l'école : le mode d'emploi en neuf questions

TESTER - Pour contenir l'épidémie de Covid-19 dans les écoles, le gouvernement va distribuer massivement des autotests aux enseignants et aux élèves des lycées et, peut-être, des collèges. Voici neufs questions-réponses sur ce qui est prévu.

Il faut tout faire pour éviter que le retour des élèves en classe menace le déconfinement général du pays, et mette à mal les efforts réalisés par les Français ces dernières semaines. Pour appliquer au mieux son mantra "tester, tracer, isoler" dans les écoles, le gouvernement a donc décidé de déployer des autotests dans les établissements scolaires.  Et ce déploiement est massif : 64 millions d'exemplaires ont été commandés.

Alors que les élèves de l'élémentaire feront leur retour en classe ce 26 avril, et les collégiens et lycéens le 3 mai, que faut-il savoir sur ces autotests ? Voici neuf questions et autant de réponses. 

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Qui pourra bénéficier des autotests ?

Dans un premier temps, ils "seront proposés à tous les personnels de l'Éducation nationale" dès la semaine du 26 avril, a indiqué Jean Castex jeudi 22 avril au cours de sa conférence de presse, "puis à tous les lycéens à partir de la semaine du 10 mai".

Le gouvernement prévoit d’en fournir aux collégiens dans un second temps, si la Haute Autorité de santé valide leur utilisation pour les moins de 15 ans. La question ne semble pas tranchée pour les élèves de primaire. Pour ces derniers, il est plutôt prévu de distribuer des tests salivaires, jusqu’à 600.000 par semaine d'ici la mi-mai. 

Combien d'autotests seront distribués ?

Les lycéens bénéficieront d’un autotest par personne par semaine, les personnels de l’Education nationale de deux par personne et par semaine. 64 millions d'autotests ont été commandés. Dans son avis, le Conseil scientifique estime qu'il "apparait qu'un rythme de 1 à 2 tests par semaine avec une participation d'au moins 75% des élèves permette d'avoir un impact très significatif sur le risque de diffusion scolaire du virus".

Où seront-ils distribués ? 

Les autotests seront distribués prioritairement dans les 15 à 20 départements les plus touchés par l’épidémie, dont l’Ile-de-France. Le gouvernement choisit de faire jouer la territorialisation ; il prendra en compte le seuil de contamination journalier pour décider des départements prioritaires. 

Les professeurs réquisitionnés pour faire la pédagogie

Qui sera chargé d'expliquer aux élèves comment faire ?

Le gouvernement souhaite mettre les professeurs à contribution pour expliquer aux élèves comment réaliser leurs autotests. Mais des syndicats n'y sont pas favorables. "Ça reste un acte médical, donc il nous semble que ce n’est pas à nous de former les élèves là-dessus", a déclaré à TF1 Sophie Vénétitay, secrétaire générale adjointe du syndicat SNES-FSU. Ce jeudi soir, le ministère de l'Éducation nationale informe dans un communiqué que "la semaine du 3 mai sera consacrée à cette organisation et le ministère diffusera dès ce début de semaine des documents d’information et des tutoriels pour les élèves." 

Les autotests seront-ils réalisés dans l’établissement scolaire ou à domicile ?

Le Conseil scientifique préconise que l'autotest fasse l'objet d'un apprentissage en établissement, puis soit réalisé par les élèves "à domicile sous le contrôle des parents". Ce jeudi soir, le ministère de l'Éducation nationale assure qu'à partir du 10 mai, "les lycéens pourront réaliser, avec accord parental, un autotest par semaine dans leur établissement, avec une supervision par les personnels de santé de l’éducation nationale volontaires, et l’appui de médiateurs supplémentaires "lutte anti-covid" qui s’ajouteront aux 1 700 médiateurs déjà recrutés. Les professeurs volontaires pourront également prendre part à cet encadrement." 

Les autotests sont-ils obligatoires ?

Les autotests nécessiteront un accord parental, comme c'est le cas pour les tests salivaires, a rappelé jeudi Jean-Michel Blanquer. Ils ne sont donc pas obligatoires mais "nous escomptons que tous les lycéens le fassent", a-t-il précisé, insistant sur le fait que ce mode de dépistage est simple et indolore. 

Les familles devront-elles payer ?

Non, l'achat et la distribution des autotests sont gérés et pris en charge par l'Education nationale. 

Une plateforme numérique pour recenser les résultats ?

Les résultats devront-ils être transmis à l'établissement scolaire ?

Le Conseil scientifique recommande "le développement d'une plateforme numérique sécurisée enregistrant les résultats des tests, ou tout autre mode de communication précisant la réalisation du test et son résultat", par exemple le carnet de correspondance. Le ministère de l'Education nationale ne s'est pas encore prononcé sur cette recommandation.

Lire aussi

Que se passera-t-il si un élève est testé positif via un autotest ?

L'exécutif souhaite fermer les classes dès la détection d'un cas de Covid-19 parmi ses élèves. Il semblerait donc qu'un élève testé positif qui en aura informé son établissement oblige à la fermeture de sa classe, et à l'isolement de ses camarades.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages et aux vents forts : 13 départements en vigilance, risque de "phénomène violent"

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Vaccin : le casse-tête de l'exécutif pour écouler les doses d'AstraZeneca

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : Valérie Bacot témoigne dans "Sept à Huit" avant son procès

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.