Freinet, cette pédagogie alternative qui a convaincu l'Education nationale

Freinet, cette pédagogie alternative qui a convaincu l'Education nationale

PAS DE CÔTÉ - Bien que méconnue, la méthode Freinet est reconnue depuis de nombreuses années par l'Education nationale. Cette pédagogie, qui prône entre autres l'autonomie de l'enfant et le développement de son sens critique, est aujourd'hui dispensée dans de nombreuses écoles publiques.

Dans les rayons des magasins de jouets ou dans les livres sur l’éducation infantile... La méthode Montessori s’invite désormais partout. De plus en plus populaire, elle séduit de nombreux parents en quête d’alternatives pour l’instruction et le développement de leurs enfants. Mais au-delà de cette célèbre pédagogie d’autres méthodes ont aussi fait leurs preuves. L'une d'entre elles jouit même d'un partenariat avec l'Education nationale : la méthode Freinet. Présentation.

Une pédagogie basée sur l'expérience

Cette méthode a été pensée et mise au point au début du XXe siècle par Célestin Freinet. En 1934, cet instituteur français, papa d’une petite Madeleine, laisse libre cours à sa fille pour l’apprentissage de la lecture. Il ne lui donne aucune leçon "traditionnelle". Grâce à son imagination, sa curiosité et ses expérimentations, l’enfant apprend, à son rythme, à lire et à écrire.


Fort de ce succès, l’instituteur généralise cette démarche en démontrant que le tâtonnement et la libre découverte est à la base de tous les apprentissages. "C’est en marchant que l’enfant apprend à marcher ; c’est en parlant qu’il apprend à parler ; c’est en dessinant qu’il apprend à dessiner. Nous ne croyons pas qu’il soit exagéré de penser qu’un processus si général et si universel doive être exactement valable pour tous les enseignements, les scolaires y compris", écrira Célestin Freinet dans son ouvrage, Œuvres pédagogiques 2

Un programme sur mesure

En ce sens, la méthode Freinet se rapproche beaucoup de celle imaginée par Maria Montessori. L’enfant, quel que soit son âge, apprend grâce à l’expérimentation, la collaboration et progresse à son rythme. Certaines particularités font cependant de la méthode Freinet une pédagogie plus souple et plus libre. Considérant que le travail est naturel à l'enfant, c'est notamment à lui, sur la base d'un plan général mis au point avec la classe et le maître, d'élaborer son propre planning hebdomadaire. "Par exemple, il va y avoir trois fiches de maths et trois fiches de français à faire dans la semaine, et les enfants, selon leur niveau et guidés par le professeur, vont choisir ce qu'ils vont faire", explique Agnès Joyeux, membre du conseil d'administration de l'Icem, l'Institut coopératif de l'Ecole moderne fondé par Célestin Freinet lui-même.


Contrairement aux écoles Montessori, où l'apprentissage est cadré grâce à un matériel très spécifique, les écoles Freinet, elles, plébiscitent l'expression libre. "Cela peut s'appliquer à toutes sortes de domaines, comme l'expression orale, écrite, l'art, mais aussi, et cela peut paraître étonnant, les sciences", détaille celle qui est aussi enseignante au sein d'une classe Freinet. Un enfant qui s'intéresse à un sujet va pouvoir prendre du temps pour s'y intéresser et le développer. Une fois terminé, le travail est soumis au professeur ou à l'ensemble de la classe, puis amélioré grâce à une réflexion de groupe, ou de façon individuelle, en s'appuyant sur des fiches auto-correctives.

Une autorité remise en question

Dans la méthode Freinet, l'autorité du professeur n'est pas considérée comme essentielle pour la transmission des connaissances. L'estrade, symbole même de cette hiérarchie, est supprimée de la classe. Le maître peut ainsi déléguer certaines de ses responsabilités aux élèves, "tout en restant garant", précise Agnès Joyeux.


Il se place au même niveau que les enfants, les aide, les écoute et échange avec eux lors de moments mis en place tout au long de la semaine. En plus des entretiens ou des comptes rendus d'enquêtes ou de recherches personnelles, un conseil de classe est organisé une fois par semaine. "Cela permet de gérer les projets en cours, de trouver une solution aux conflits qui peuvent exister au sein de la classe, mais aussi de rappeler les règles de vie", explique la membre de l'Institut.

En vidéo

La "pédagogie Freinet", un moyen efficace contre le décrochage scolaire ?

Entre 3.500 et 5.000 adhérents au sein de l'Education nationale

A partir des années 50, cette pédagogie aux résultats probants rayonne à l'international. Elle est aujourd'hui pratiquée un peu partout dans le monde. Portée par l'Icem, elle jouit en France, et ce depuis de très nombreuses années, d'un agrément de l'Education nationale. "Cela nous permet d'être reconnus dans le monde de l'Education et de dispenser des formations dans les Instituts universitaires de formation des maîtres", précise l'Icem. Si la Fédération compte actuellement entre 3.500 et 5.000 adhérents, répartis dans toutes les académies, une vingtaine d'établissements seulement seraient "100% Freinet".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Réussir l'éducation de ses enfants

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter