Ecotaxe : à Metz, les salariés d'Ecomouv sont en souffrance

Ecotaxe : à Metz, les salariés d'Ecomouv sont en souffrance

DirectLCI
CHÔMAGE TECHNIQUE - Depuis l'annonce de la suspension de l'écotaxe, les salariés d'Ecomouv, l'entreprise chargée de la collecter, ne travaillent plus que quelques jours par mois. L'ambiance dans les locaux, situés à Metz, est maussade.

Ils sont les grands oubliés du débat sur l'écotaxe. Eclipsés par les Bonnets rouges bretons, qui avaient fait reculer le gouvernement à grands coups d'actions spectaculaires, les employés de la société Ecomouv sont dans le désarroi. Chargés de récolter la taxe environnementale pour les poids lourds, ils sont au chômage technique depuis sa suspension, en octobre 2013.

"L'activité est variable selon les services, mais cela va en moyenne de trois à dix jours de travail seulement par mois", explique le délégué CFDT Eric Bouthier, joint par metronews. Depuis six mois, les salariés, en stand-by, s'occupent comme ils peuvent. "On fait des formations de maintien de compétences. Mais la situation n'est vraiment pas facile, on est inquiets", reconnaît le syndicaliste. Accompagné d'une cinquantaine de salariés, il a été manifester la semaine dernière à Metz, où se trouve l'entreprise. "Le Préfet nous a reçus, mais il n'a rien pu nous dire. Et on n'a pas eu de nouvelles depuis", peste-t-il.

Situation ubuesque

Si le versement de leur salaire est garanti jusqu'à la fin de l'année, les 157 salariés d'Ecomouv - auxquels il faut ajouter 125 douaniers - vont se retrouver dans une situation ubuesque. Censés travailler 35 heures par semaine, ils vont devoir rendre toutes les heures qui n'ont pas été faites lors de ces six derniers mois. Et s'ils démissionnent pour aller voir ailleurs, ils devront les payer.

"Ce ne sera pas possible de rembourser toutes les heures non travaillées, juge Eric Bouthier. On essayera de trouver un accord lorsque l'activité reprendra." Si elle reprend un jour... C'est peu dire que les déclarations de Ségolène Royal, ce mercredi devant la mission d'information parlementaire, sont très attendues chez Ecomouv.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter