On a trouvé au Journal officiel un texte qui utilise l'écriture inclusive

DirectLCI
ON A FOUILLE - Le Premier ministre Edouard Philippe a demandé à ses ministres de ne plus utiliser l'écriture inclusive dans les textes publiés au Journal officiel de la République Française. Mais était-ce une pratique répandue avant même qu'il ne donne la consigne de s'en départir ?

La consigne est tombée ce mardi matin. Ainsi que l'a rapporté l'AFP, le Premier ministre Edouard Philippe a recommandé à ses ministres de ne plus utiliser l'écriture dite inclusive dans les textes officiels. "Je vous invite, en particulier pour les textes destinés à être publiés au Journal officiel de la République française, à ne pas faire usage de l'écriture dite inclusive", a-t-il ainsi formulé dans une circulaire.


Seulement voilà : une question s'impose. L'écriture inclusive (ou langage épicène), qui consiste à gommer les rapports de genre dans la grammaire et suscite un débat animé au-delà des sphères médiatiques et politiques, a-t-elle déjà seulement franchi les barrières du Journal officiel ? On a cherché, et la réponse est oui. 

Un texte du CESE en écriture inclusive

Rien que dans les textes mis au Journal Officiel ce mardi 21 novembre, nous avons pu trouver un exemplaire d'écriture inclusive en bonne et due forme. Celui-ci n'a pas été signé de la main d'un ou d'une ministre, membre du gouvernement actuel, à qui s'adresse aujourd'hui particulièrement Edouard Philippe. Il s'agit plutôt d'une note d'informations relatives au Conseil économique, social et environnemental (CESE), dont voici un extrait : 

Et il n'est guère étonnant que le CESE soit derrière ce texte rédigé en écriture inclusive. En effet, l'institution est particulièrement engagée sur les questions d'égalité. Récemment, elle s'est prononcée en faveur d'une communication non sexiste et l'une de ses conseillères, Pascale Vion, a publié une tribune en faveur de l'écriture inclusive. 

Par ailleurs, un confrère du site AEF sécurité nous indique avoir, de son côté, trouvé un arrêté du ministre de la Transition écologique solidaire en date du 10 novembre dernier, utilisant aussi l'écriture inclusive.


La pratique, néanmoins, n'apparaît pas extrêmement répandue. Nous avons examiné plus d'une centaine de textes récemment publiés et le butin de notre chasse au trésor s'est avéré fort maigre. À noter également que la pratique du "point milieu", qui est en partie appliquée dans cet exemple, n'est pas la seule règle en la matière. L'écriture inclusive peut aussi être pratiquée par le doublement des mots (exemple : les défenseurs et les défenseuses) ou par l'accord de proximité. 

Plus d'articles

Sur le même sujet