Efferalgan "capuccino" ou Fervex "framboise" : une députée alerte sur les médicaments aromatisés

SOCIÉTÉ
SANTE - Michèle Delaunay, députée socialiste de Gironde, sonne l’alerte et prévient la ministre de la Santé au sujet du développement des médicaments aromatisés. Elle craint une stratégie marketing conduisant à un danger de surconsommation par "gourmandise".

Elle les appelle "médicaments fraise Tagada". Michèle Delaunay, députée PS de Gironde, sonne l’alerte sur les "risques" des médicaments aromatisés, qui se développent depuis plusieurs mois. 

Les médicaments dans le viseur de son  communiqué publié le 15 août , pour enfants mais aussi pour adultes, sont accessibles sans ordonnance, et offrent des saveurs différentes. Exemples : l’Efferalgan "capuccino", le Fervex "framboise", ou le Smecta "fraise".

"A la carte"

"S’il peut être pertinent de donner une saveur agréable pour les enfants en bas âge pour parvenir à les traiter, il n’est en revanche pas souhaitable que des médicaments pour enfants et adultes deviennent un produit de consommation marketing avec un choix de goûts et de saveurs innovants et 'à la carte'", explique-t-elle.


Michèle Delaunay souhaiterait que les industriels du médicament cessent de développer des produits qui ont "pour seul objet de séduire des consommateurs" en dehors du seul effet thérapeutique. Elle dénonce la dangerosité d’une "banalisation de médicaments facilement accessibles chez tout pharmacien".

Car dans la pratique quotidienne selon elle, ces goûts attrayants pour les jeunes risquent d’entraîner des surconsommations qui peuvent être dangereuses. De même, les emballages "attractifs" doivent "demeurer dans les limites de grande sobriété" et le "strict respect de la dose doit être rappelé en même temps que la mention de l’aromatisation", estime-t-elle.

Michèle Delaunay indique qu’elle se saisira de cette question dans le cadre du PLFSS (projet de loi de financement de la sécurité sociale) pour 2017, dont elle est la rapporteure. 

A LIRE AUSSI >>  La cigarette électronique 10 fois plus nocive que le tabac, vraiment ?

Sur le même sujet

Lire et commenter