"Électricien voie publique"... Un policier peut-il porter un tel écusson sur son uniforme ?

Le policier qui arborait cet écusson a été identifié en encourt désormais des sanctions administratives.

POLÉMIQUE - Le cliché d'un écusson sur l'uniforme d'un policier à Paris a déclenché une vague de réactions en moins de 24 heures. Identifié, l'agent encourt désormais des sanctions puisqu'il est interdit aux forces de l'ordre de porter de tels signes distinctifs.

Tout est parti d'un cliché posté mercredi en fin de journée sur les réseaux sociaux. Une image prise à la volée dans le métro parisien, avec un téléphone. Sur cette image, un policier en uniforme dont on ne voit pas le visage et qui arbore sur son bras un écusson inhabituel. Ce dernier représente un pistolet à impulsion électrique, généralement appelé "Taser", surplombé de l'inscription suivante : "Electricien voie publique".

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

"C'est réglementaire ?", s'est interrogé l'internaute qui a posté la photo, avant d'estimer que ce serait "de très mauvais goût" d'autoriser le port d'un tel signe distinctif. Légal ? Interdit ? Sans tarder, la direction de la police nationale et la préfecture de police de Paris ont réagi. Indiquant que l'agent a été identifié et que de telles pratiques sont proscrites chez les policiers. 

Pas d'éléments distinctifs sur un uniforme

Contacté, l'auteur du cliché indique avoir croisé un groupe de policiers dans le métro parisien mercredi à la sortie du travail, à proximité de l'arrêt Barbès. Son regard, ajoute-t-il, a été attiré par l'écusson sur la manche de l'un d'eux, l'incitant à prendre une photo. Les métadonnées de l'image, que LCI a pu consulter, indiquent qu'elle a été capturée à 18 heures 17 précises, corroborant le récit de son auteur.

La préfecture de police de Paris, sollicitée, a confirmé qu'il s'agissait d'un policier évoluant dans la capitale. Elle a réagi en indiquant via ses réseaux sociaux qu'une "enquête administrative a été ouverte" et que "des poursuites disciplinaires seront engagées". Elle ne souhaite à ce stade pas communiquer davantage.

Lire aussi

Le service d'information et de communication de la police nationale, joint ce jeudi, apporte des éléments relatifs au cadre réglementaire qui s'impose aux forces de l'ordre. La règle est simple, nous expose-t-on : "Seuls les écussons validés par l'administration peuvent être arborés sur un uniforme". Et de rappeler que le principe même d'un uniforme consiste à être identique entre deux individus au même poste. "Lorsqu’une unité cherche à avoir un symbole à part, une proposition doit être transmise à la hiérarchie, tout en correspondant à certains critères." Charge aux supérieurs de valider ou non l'écusson soumis à leur approbation. En l'occurrence, ce "n'est pas le cas sur cette photo".

Les sanctions administratives encourues en cas de non-respect de ces règles, si elles sont décidées, seront prononcées par l'autorité d'emploi. En l'occurrence ici la préfecture de police de Paris. Elles peuvent porter sur plusieurs points, notamment le "port non conforme de la tenue d'uniforme", ou bien encore le "non-respect au devoir d'exemplarité". Dans certains cas précis, des sanctions pénales peuvent également venir s'ajouter, notamment si l'écusson porté par un policier venait à représenter des symboles dont la représentation est interdite. Issus de l'imagerie nazie, par exemple. 

Notons que l'écusson porté par le policier sur la photo est en vente libre sur Internet : on le trouve notamment sur un site bien connu de commerce en ligne pour moins de 10 euros. Décrit par le vendeur comme un "écusson humoristique", il est précisé très clairement dans sa description que son port est "interdit sur la voie publique".

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sous Twitter :  notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'Australie avait de "profondes et sérieuses réserves" concernant les sous-marins français, riposte son gouvernement

EN DIRECT - Crise des sous-marins : les ambassadeurs en Australie et aux États-Unis reçus ce soir par Macron

EN DIRECT - Covid-19 : l'ONU appelle à ce que 70% de la population mondiale soit vaccinée mi-2022

Hautes-Pyrénées : un mort et deux blessés graves lors d'une rixe entre bikers à Tarbes

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.