Elèves radicalisés : "Plus on va déconstruire le modèle, plus on va créer de la fascination"

SOCIÉTÉ
TROIS QUESTIONS A... Face à l'attrait de certains élèves pour le discours jihadiste, quelle attitude les professeurs doivent-ils adopter ? Eléments de réponse avec Cécile Viénot, psychologue spécialiste de l'adolescence.

LCI : Un professeur doit-il tenter de raisonner un élève en voie de radicalisation ?

Cécile Viénot : Le professeur ne doit pas tenter de résoudre ce problème seul avec l'élève. Lorsqu'il a des suspicions, il doit alerter le chef d'établissement et la psychologue scolaire. Selon moi, le rôle de l'enseignant est surtout de parvenir à dépister le processus de radicalisation. Ceci étant, il peut aborder le sujet avec l'élève s'il entretient un lien particulier avec lui et surtout s'il s'en sent capable. Dans ce cas-là, le jeune peut être réceptif à l'échange.

LCI : Pourquoi à l'adolescence, les élèves peuvent-ils être séduits par le discours jihadiste ?

Cécile Viénot : Comme ils sont en construction, les adolescents se posent en priorité des questions sur le sens de leur existence. Cette fragilité, classique à cet âge-là, permet de comprendre pourquoi ces thèses peuvent séduire des jeunes qui ne sont pas spécialement en errance ou en échec scolaire. Grâce à leur propagande, les organisations terroristes leur offrent en effet la possibilité de donner une utilité et un sens à leur vie sur terre.

LCI : Comment les professeurs peuvent-ils combattre cet attrait pour les thèses jihadistes ?

Cécile Viénot : Plus on va déconstruire le modèle, plus on va créer de la fascination et de l'attrait. La prévention pourrait donc ne pas avoir l'effet escompté. D'autant que les jeunes sont persuadés qu'ils partiront en Syrie pour une cause juste et pour aider des innocents. Ainsi, il faut leur montrer que l'on peut répondre au sens de la vie autrement que par le jihad. En leur expliquant qu'il existe d'autres sources d'accomplissement et d'autres manières d'aider autrui, notamment en participant à la vie associative de leur quartier.

VIDEO. Une structure de déradicalisation pour éviter de partir faire le jihad

En vidéo

Une structure de déradicalisation pour éviter de partir faire le jihad

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter