Sauvetage dans l'Himalaya : comment va l'alpiniste française ?

DirectLCI
MIRACULÉE - Elisabeth Revol, l'alpiniste française secourue ce week-end lors d'une périlleuse opération sur le Nanga Parbat, devrait être rapatriée ces prochaines heures en France. Elle doit être soignée à Chamonix, où ses gelures vont être au cœur des préoccupations.

Un retour imminent sur le sol français. Trois jours après son sauvetage in extrémis sur les cimes de l'Himalaya, Elisabeth Revol devrait rentrer en France. "Elle doit probablement rentrer aujourd'hui ou demain", a assuré ce mardi Emmanuel Cauchy, médecin urgentiste qui devrait l'accueillir à l'IFREMMONT (Institut de formation et de recherche en médecine de montagne, situé en Haute-Savoie).


C'est là, à Chamonix, que l'alpiniste devrait être soignée. Elle devrait bénéficier d'un traitement en urgence, car le temps presse : le médecin n'exclut pas d'éventuelles amputations. Les mains, mais surtout le pied gauche de la rescapée âgée de 37 ans, qui a passé plusieurs jours à marcher dans la neige alors que la température avoisinait les - 50 degrés, inquiète surtout le médecin. "Le pied est particulièrement touché. En temps normal, ce type de gelure évolue vers l'amputation", a-t-il ainsi confié au Parisien.

Pour sauver le pied de l'alpiniste, l’équipe médicale de l’hôpital d’Islamabad (Pakistan), où elle est soignée en attendant un rapatriement, a une consigne : lui injecter un puissant vasodilatateur. Il s'agit d'une substance, qui permet de dilater les vaisseaux sanguins. "C'est une pathologie sournoise qui surprend, parce qu'elle est non douloureuse. Souvent, on attend que la lésion s'étende et que cela s'aggrave sans trop prendre de mesures contrairement à une brûlure", a précisé à France Bleu Isère Emmanuel Cauchy.

Selon lui, lors d'interventions "au niveau du Mont-Blanc, on a la chance de pouvoir récupérer les alpinistes très rapidement, leur proposer le traitement rapidement en moins de six ou dix heures et là on est très efficaces". Mais "dans l'Himalaya, c'est toujours plus dur car les gelures sont plus sévères, profondes".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter