Elle rencontre son agresseur sexuel : "Heureusement, il a été choqué de voir que j’allais si mal"

Elle rencontre son agresseur sexuel : "Heureusement, il a été choqué de voir que j’allais si mal"

TEMOIGNAGE - Victime d’une agression sexuelle deux ans auparavant, une jeune journaliste hollandaise décide de se confronter à l’auteur des faits… et d’en écrire un article. Interrogée par metronews, elle décrit sa surprenante démarche.

Leonie Roderick, 24 ans, a été victime d'une agression sexuelle. De retour d’une fête londonienne, un soir de 2012, un compagnon de soirée descend à son arrêt de train et insiste pour dormir chez elle. "OK, mais tu restes dans la chambre d’amis", lui répond aussitôt la journaliste d’origine hollandaise. Une fois dans le salon, cependant, le jeune homme aviné se montre entreprenant. Il pousse Léonie sur le canapé, s’allonge de tout son poids sur elle, relève se robe et met sa main dans sa culotte.

Malgré les cris, l’assaillant de la jeune femme ne recule pas. Il faudra l’intervention du colocataire, depuis le couloir, pour que cesse son calvaire. Quelques mois plus tard, incapable de dormir, elle finit par prendre contact avec son agresseur. Elle veut se confronter à lui à la terrasse d’un café. Une histoire qu’elle met en mots en septembre 2015, dans un article intitulé "Getting coffee with the man who sexually assaulted me" (J’ai pris un café avec le garçon qui m’a agressée sexuellement), sur le site de Vice Abroad.

"Quand on boit avec des garçons..."

Pour metronews, elle revient sur cette démarche, particulière, de préférer les mots à l’intervention de la police. L’explication est à la fois terrible et bien simple : "Après l’incident, ça m’a pris des mois pour comprendre ce qu’il s’était vraiment passé. J’ai parlé à des amis et à ma famille, mais ils ne pensaient pas qu’aller voir la police m’aiderait. En gros, ils attendaient que ça me passe, que je m’en sorte toute seule."

Résultat, Léonie culpabilise : "On m’a dit : ’Voilà ce qui arrive quand on boit avec des garçons’. Dire ceci est à la fois irrespectueux pour les femmes et pour les hommes. C’est une manière de dire qu’après un ou deux verres, les mecs ne savent plus contrôler leurs pulsions, ce qui est évidemment faux. Alors, j’ai voulu tout faire pour trouver une issue qui soit positive pour nous deux. J’ai décidé de me confronter à lui."

La parole libérée

L’idée, nous explique Léonie, est bien de mettre cet homme face à ses responsabilités : "Je savais que la nuit de l’agression, il était saoul (bien que ça ne soit pas une excuse), alors j’ai voulu m’assurer qu’il savait exactement ce qu’il avait fait, et combien ça m’avait affecté. Je voulais contrecarrer la violence de ce qui s’était passé en m’asseyant calmement face à lui et en lui racontant de manière rationnelle ce qui s’était passé." De l'autre côté de la table, cette simple connaissance, que la jeune femme n'aurait jamais revu en d'autres circonstances, se met à bégayer qu'il ne "peut pas être capable d'une chose pareille". Il a les larmes aux yeux. "Heureusement, il a été choqué de voir que j’allais si mal" se souvient la journaliste.

Alors cet article, Léonie l’a d’abord écrit pour que ses amis comprennent sa souffrance. Et au fond d’elle, la jeune femme espérait ouvrir un débat : celui de la perception des agressions sexuelles et de la culpabilisation si facile des victimes. La journaliste n’a pas été déçue. "J’ai reçu d’innombrables messages de soutiens et de témoignages de personnes qui avaient vécu la même chose." Aujourd’hui, Leonie se sent mieux. Elle dit "être en paix avec ce qui s’est passé". Et heureuse d’avoir permis à d’autres femmes dans son cas, d’enfin oser prendre la parole.

A LIRE AUSSI 
>> Lady Gaga : un clip pour les victimes d'agression sexuelle
>> Que faire si vous êtes témoin d'une agression sexuelle ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre - "Je voudrais dire quelque chose" : Salah Abdeslam s'adresse à la cour

"On marche sur la tête" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Tir mortel d’Alec Baldwin : Donald Trump Jr. vend des t-shirts se moquant de l’acteur

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.