Elle va courir un marathon par jour pour inciter les Français…. à avoir de l’audace

DirectLCI
CHALLENGE - Sillonner la France en courant un marathon par jour pendant deux mois pour créer un élan autour de l'audace : voilà le projet un peu fou que Linda Bortoletto a décidé d'entreprendre samedi 13 mai en partant de l'abbaye de Fontevraud dans le Maine-et-Loire. Arrivée prévue à Paris le 11 juillet.

"Quels risques avez-vous pris dans votre vie ?" A cette question, certains répondront peut-être "aucun". Pas Linda Bortoletto. Cette frêle jeune femme de 35 ans, adepte d'expéditions en solitaire dans les contrées les plus isolées du globe, a décidé de se lancer un énième défi un peu fou, celui de parcourir, à partir du 13 mai, la France en courant. 


"Drôle d'idée !", me direz-vous. Il fallait donc qu'on la rencontre pour en savoir plus. Le rendez-vous fut fixé dans son quartier, rue du faubourg Saint-Denis, dans le dixième arrondissement parisien. Et tout à trac, elle nous déballe le but de cette fuite en avant : transmettre à ceux qu'elle croisera dans une dizaine de villes-étapes une notion parfois un peu oubliée dans nos "sociétés du risque zéro", celle de l'audace. 


Point de départ de ce périple, l'abbaye de Fontevraud dans le Val de Loire. Un lieu symbolique, s'il en est, puisque c'est là qu'est enterrée Aliénor d'Aquitaine, reine de France, puis d'Angleterre, qui mit au monde 10 enfants et mourut à l'âge de 80 ans, là où l'espèrance de vie à l'époque était de 35 ans ! "Si ça c'est pas une femme audacieuse", nous lance Linda Bortoletto. 


Tout comme elle. Juste avant son départ, elle a d'ailleurs reçu le Prix de la femme d'audace des 22ème Journées du Livre et du Vin de la ville de Saumur. La boucle est bouclée, mais maintenant place aux choses sérieuses : car après Fontevraud, il y aura Poitiers, puis Angoulême, Bordeaux, Lourdes... une moyenne de 40 kilomètres par jour (3h le matin et 3h l'après-midi), soit un total de presque 2000 km à parcourir en 50 jours. 

Heu ... pourquoi en courant ?

"Parce que la course à pied est une belle métaphore de l'audace !", répond aussitôt la jeune femme. "La course à pied, c'est se mettre en mouvement dans un monde en proie à la sédentarité, se mettre en déséquilibre. C'est s'inscrire dans la durée, dans l'effort, et lutter à chaque instant contre la tentation de s'arrêter, de rejoindre la conformité. Et puis, je dois vous avouer : c'est mon sport favori", lance-t-elle dans un éclat de rire.


Car l'aventurière n'en est pas à son coup d'essai. Tout commence en juillet 2011. Linda Bortoletto est alors haut fonctionnaire au ministère des Finances, après avoir été capitaine de gendarmerie, à la tête de 150 hommes. A 30 ans, elle décide de tout quitter. "En dépit des normes et des cadres, des 'Tu es folle !' de mon entourage, j'ai décidé de me consacrer à ma passion du voyage et de l'aventure. Pendant 5 années, j’ai traversé des régions isolées, en Sibérie, en Alaska, dans l'Himalaya, en marchant, en courant, à vélo. J'ai ressenti la joie d'être là où j'avais décidé d'être. Et j'ai vu que ce monde est encore plein de bonté et de beauté", nous raconte-t-elle.

Soyons audacieux ! Bougeons-nous ! Prenons notre destin en main !Linda Bortoletto

Mais lorsque Linda Bortoletto rentre en France l’an dernier pour transmettre son expérience, c’est le choc. "Je me suis retrouvée confrontée à un fatalisme ambiant, à une société en perte de sens. Une envie viscérale m'a alors saisit : transmettre un déclic, avec un message aussi simple qu’essentiel : 'Soyons audacieux ! Bougeons-nous ! Prenons notre destin en main !'", martèle-t-elle. "Car en faisant preuve d'audace, je me suis libérée des normes et des contraintes, des peurs, pour découvrir qui j'étais et réaliser mes rêves les plus fous. L'audace m'a rendue libre !"


Si ça a marché pour elle, elle aimerait bien que ça marche pour les autres. Du coup, à la manière d'un Forrest Gump, elle a décidé de convier, via son compte Facebook, tout ceux qui le veulent à courir avec elle sur une ou plusieurs étapes. Et bien sûr, elle aimerait qu'un maximum de personnes la rejoignent. Car, "comme le dit un dicton berbère : le voyage c'est aller de soi à soi en passant par l'autre", nous dit-elle. 


Toujours dans cette logique de partage, Linda Bortoletto a également prévu de donner des conférences sur l'audace tout au long de son parcours en mettant en valeur des "audacieux" qu'elle aura rencontrés dans chaque ville.  Et puis, comme toujours, elle n'avait pas envie de faire les choses à moitié, alors elle a écrit un manifeste sur l’audace, qui vient tout juste de paraître. 


Déjà la tête ailleurs, la jeune femme doit nous quitter. Elle doit récupérer un camping-car prêté par un couple d'audacieux entrepreneurs. Ce sera sa nouvelle maison... pendant deux mois. On lui souhaite bonne route.

Plus d'articles

Sur le même sujet