Macron maintient son objectif de 10.000 policiers et gendarmes en plus d'ici 2022

Sécurité : Macron veut "plus de bleu partout"

SÉCURITÉ - Dans un entretien accordé au "Figaro", Emmanuel Macron a annoncé plusieurs mesures pour renforcer la police. 10.000 agents supplémentaires seront notamment formés d'ici 2022.

L'objectif fixé sera atteint. Dans un entretien au Figaro publié ce dimanche soir, Emmanuel Macron a promis de tenir son objectif de 10.000 policiers et gendarmes supplémentaires d'ici la fin du quinquennat. Ainsi "chaque circonscription de police aura plus de policiers à la fin du quinquennat qu'au début, sans exception", assure-t-il.

"Aujourd’hui, 4508 policiers et 1706 gendarmes ont déjà été recrutés, soit 6214 membres des forces de l’ordre. Nous aurons en complément, dès cette année, 2000 policiers et gendarmes de plus. Et parmi ces nouveaux policiers, l’essentiel iront directement en Sécurité publique, c’est-à-dire sur la voie publique", détaille le président de la République, qui annonce d'autre part, comme prévu par la loi "sécurité globale", la création d’une réserve de 30.000 hommes dans la police. Celle de la gendarmerie, elle, passera de 30.000 à 50.000 hommes.

Un nouvel uniforme et des caméras-piétons généralisées

Le chef de l'État fait aussi savoir que les caméras-piétons, moyen vidéo portatif fixé sur la tenue de l’agent, allaient être généralisées dès cet été dans toutes les brigades, puis dans un an pour tous les policiers. "Ce dispositif va inhiber les gens violents, parce que je peux vous garantir que quand vous vous savez filmé, vous réagissez différemment", assure-t-il au Figaro.

Et alors que le budget des forces de sécurité a été augmenté de 1,7 milliard d'euros depuis le début du quinquennat, une partie de celui-ci servira à faire évoluer le matériel de travail et l'habit des agents. 50% du parc automobile de la police sera renouvelé, tandis que l'uniforme des policiers va changer, avec notamment le remplacement de la casquette par un calot.

Le chef de l'État fait aussi savoir qu'une "école de guerre avec de la formation continue" sera créée à Montpelier. "Les policiers, tout au long de leur parcours, passeront par cette académie de police pour suivre des formations de trois à six mois", explique-t-il.

Les rapports à charge contre un policier seront rendus publics

Le chef de l'État est revenu sur les "violences policières", expression qu'il avait utilisée en décembre lors d'un dernier entretien chez Brut mais pour la contredire aussitôt. Ce que lui ont néanmoins reproché les syndicats de police et l'opposition de droite, dont encore ce dimanche Xavier Bertrand, potentiel rival en 2022. Cette fois, il s'est voulu extrêmement clair. "Il n'y a pas de violence systémique de la police, c'est faux ; il n'y a pas de racisme systémique de la police, c'est faux, pas plus qu'il n'y en a dans la gendarmerie ou au sein de l'État", a-t-il dit. Mais il a répété que le contrôle au faciès était une réalité.

"Avec le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur, nous nous engageons, nous mettons, des équipements des policiers sur le terrain, nous les protégeons mieux et dans la loi. Et je souhaite que la police de la République soit sans reproche", déclare Emmanuel Macron, qui dit souhaiter, dans le cas d'un rapport à charge contre un agent, "que l’on rende publics ces rapports". Enfin, conformément à la proposition de Gérald Darmanin, le président dit vouloir créer une délégation parlementaire chargée du contrôle des forces de l’ordre.

Lire aussi

Selon Emmanuel Macron, si la France connaît depuis 2017 une baisse entre 18 et 25% des vols avec violences, cambriolages et des vols de véhicules, elle doit faire face à une forte augmentation des violences sur les personnes. Les agressions des détenteurs de l’autorité ont par ailleurs doublé en 15 ans. "Les policiers, gendarmes, sapeurs-pompiers, élus sont les principales victimes de la progression de la violence dans notre société", dit-il, ajoutant que 35 attentats ont été déjoués depuis son arrivée à l'Élysée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

EN DIRECT - Proche-Orient : pas de déclaration commune pour le conseil de sécurité de l'ONU

EN DIRECT - Covid-19 : les réanimations toujours en baisse, légère hausse dans les hospitalisations

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Marghe, gagnante de "The Voice 2021" : "Florent Pagny m’a dit que j’avais un ange gardien"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.