Emmanuel Macron veut supprimer les "retraites chapeau" des grands patrons

Emmanuel Macron veut supprimer les "retraites chapeau" des grands patrons

SALAIRES – Le ministre de l'Economie a annoncé mardi sa volonté de supprimer les retraites chapeau qui alimentent la polémique sur les rémunérations perçues par les dirigeants de grandes entreprises.

Fini les retraites chapeau des grands patrons ? En cette période de crise où les salaires stagnent et le chômage atteint des records, les compléments de retraite faramineux de certains hauts dirigeants passent mal. A l'image de celle du PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, qui devrait percevoir 831.641 euros par an en plus de sa retraite. Une somme au sujet de laquelle le ministre de l'Economie s'est dit "choqué".

Aujourd’hui, Emmanuel Macron veut supprimer ce système de rémunération complémentaire versée par l'entreprise, souvent déconnectée des résultats de la société, et correspondant généralement à une part du traitement perçu par le dirigeant en activité : 28% de sa rémunération de référence dans le cas de Gérard Mestrallet, dont le mandat s’achève au printemps 2016.

"Aucune loi ne remplacera l'éthique des dirigeants"

Devant les députés mardi, le ministre de l'Economie a indiqué avoir "demandé avec (le ministre des Finances), Michel Sapin, qu'une mission de l'Inspection générale des finances (IGF) soit faite pour que (...) nous puissions trouver une vraie solution pour supprimer les retraites chapeau et les remplacer par un régime de droit commun plus lisible pour tous les Français". Ce rapport pourrait être rendu d'ici la fin de l'année, a précisé l'entourage du ministre.

"Supprimer les retraites chapeau ça ne veut rien dire, je ne pense pas que ce soit légal puisque chaque entreprise peut rémunérer ses dirigeants comme elle l'entend", a réagi sur LCI le vice-président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, estimant que la demande de ce rapport était "un peu de la démagogie".

Controverse sur la rémunération de l'ex-PDG de France Télécom

"La priorité, c'est de renvoyer à la responsabilité personnelle", a estimé de son côté Emmanuel Macron, pour qui "aucune loi ne remplacera l'éthique des dirigeants".

En attendant, le débat se poursuit sur les rémunérations des grands patrons. La controverse a été relancée cette semaine par une plainte de la CFE-CGC visant la retraite chapeau de Didier Lombard, l'ex-PDG critiqué de France Telecom, qui avait quitté ses fonctions prématurément en 2011. Le syndicat dit avoir conclu "au caractère illégitime, voire illégal, de la retraite chapeau perçue par l'ancien patron de l'opérateur historique, pour un montant annuel de 346.715 euros".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages et aux vents forts : 12 départements en vigilance, risque de "phénomène violent"

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

REVIVEZ - Jim Bauer, Marghe, Mentissa Aziza et Cyprien qualifiés pour la finale de "The Voice"

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Jérusalem : plus de 230 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne en deux jours

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.