En Allemagne, manif record contre "l'islamisation" du pays

En Allemagne, manif record contre "l'islamisation" du pays
SOCIÉTÉ

FACE À FACE - Manifestants contre "l'islamisation" et contre-manifestants ont multiplié les bras de fer dans les rues allemandes lundi. La manif anti-islam de Dresde, dans l'est du pays, a réuni pas moins de 18.000 personnes. Dans les autres villes, des milliers d'opposants à ce mouvement se sont fait entendre.

Un nouveau record de mobilisation contre "l'islamisation" en Allemagne. Lundi, 18.000 personnes ont manifesté à Dresde, dans l'est de l'Allemagne, dans la foulée d'un mouvement né en octobre à l'initiative des "Européens patriotes contre l'islamisation de l'Occident" (Pegida). Avant Noël, une précédente mobilisation avait réuni 17.500 participants. Les militants scandaient "Wir sind das Volk", un slogan jadis utilisé contre le régime de l'ex-RDA.

Les contre-manifestants se sont également fait entendre ce lundi. Ils étaient 3000 à Dresde, rassemblés à l'initiative d'un collectif d'association baptisé "Dresde pour tous". Dans d'autres villes comme Rostock, Munster, Stuttgart, Hambourg et Cologne, ces contre-manifestants, qui défilaient par milliers, étaient largement plus nombreux que ceux de Pegida. Les lumières ont été éteintes sur les ponts du Rhin, l'hôtel de ville et la cathédrale en signe de protestation contre le mouvement anti-islam.

"Préjugés" et "haine"

A Berlin, environ 300 militants anti-"islamisation" s'étaient réunis aux abords de l'hôtel de ville tandis que quelque 5.000 contre-manifestants, selon l'agence de presse allemande DPA, se sont dirigés vers la porte de Brandebourg, parmi lesquels le ministre fédéral de la Justice, Heiko Mass. L'éclairage du bâtiment symbole de la capitale allemande avait lui aussi été coupé.

Le mouvement Pegida affirme refuser "l'islamisation" de la société allemande, s'opposer aux jihadistes ou aux étrangers qui refuseraient de s'intégrer. Ses cibles : l'islam, les étrangers, les médias, les élites politiques, le multiculturalisme, qui dilueraient la culture chrétienne allemande. Dans son allocution du Nouvel An, Angela Merkel a appelé ses compatriotes à ne pas participer à ses manifestations, estimant qu'elles étaient organisées par des gens au "cœur" rempli de "préjugés" et de "haine".

EN SAVOIR + >> Mouvement anti-islam : "L'Allemagne a peur d'affronter ses vieux démons"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent