EN DIRECT - Cyberharcèlement de la journaliste Nadia Daam : deux hommes condamnés à six mois de prison avec sursis

EN DIRECT - Cyberharcèlement de la journaliste Nadia Daam : deux hommes condamnés à six mois de prison avec sursis

Société
DirectLCI
CYBERVIOLENCES - Renvoyé une première fois pour des raisons administratives, le procès de deux cyberharceleurs présumés de la journaliste Nadia Daam a finalement lieu mardi 3 juillet, au tribunal correctionnel de Paris. La journaliste avait reçu des centaines de menaces de mort et de viol après une chronique sur Europe 1. Les deux hommes ont été condamnés?
Live

Ils ont été plusieurs centaines à harceler Nadia Daam. Parmi eux, sept ont été identifiés. Quatre dossiers ont été transférés aux procureurs de Douai, Grasse et Valenciennes, un autre était mineur et a écopé d'un rappel à la loi. Deux, finalement, devront répondre de leurs actes devant le tribunal correctionnel de Paris, ce mardi 3 juillet. Le ratio paraît bien faible et pourtant, en matière de cyber violence, voilà une affaire qui pourrait faire jurisprudence.

Tout démarre après une chronique de la journaliste Nadia Daam sur Europe 1, en novembre dernier. Ce jour-là, elle prend pour thème le forum 18-25 du site jeuxvideo.com, déjà connu à l'époque pour héberger plusieurs appels au harcèlement, notamment de militantes féministes. La chroniqueuse ne mâche pas ses mots, qualifie ce forum de "poubelle à déchets non-recyclables d'Internet", dénonce la "bêtise crasse" de ses membres. Elle s'attendait un peu, c'est vrai, à un léger retour de flammes. Mais jamais elle n'avait imaginé l'enfer qui a suivi. 

Dans l'attente d'une sanction concrète

Quelques heures après sa chronique, Nadia Daam est l'objet de messages malveillants et d'insultes en tout genre. Son compte Paypal est piraté, sa moindre présence en ligne fouillée, décortiquée, hackée (jusqu'à son compte Copains d'avant, qu'elle ignorait elle-même avoir un jour ouvert). Les menaces prennent alors une tournure terrifiante : son adresse, le prénom de sa fille, le collège où elle est scolarisée ainsi que ses horaires d'activités extra-scolaires sont divulguées en ligne. Et alors qu'elles impactent déjà grandement sa vie quotidienne, les violences jusque-là cantonnées à sa vie numérique franchissent un cap : une nuit, Nadia Daam est réveillée par des coups violents donnés dans sa porte d'entrée. L'enfer, aujourd'hui, n'est pas tout à fait terminé pour la journaliste. 


L'un des prévenu est poursuivi pour "menace de commettre un crime", l'autre pour "menace de mort". Tous les deux encourent six mois d'emprisonnement et 7500 euros d'amende. De ce procès, Nadia Daam attend plusieurs choses : "Je veux qu’il y ait une condamnation", explique-t-elle à LCI. "Je veux que ça fasse jurisprudence, que ça fasse exemple. Ce n’est pas une question de sévérité, mais je veux une vraie sanction qui soit concrète. Pour l'instant, même si les violences ont été réelles, tout cela reste très abstrait pour moi", poursuit-elle. "J'ai besoin de savoir à quoi ils ressemblent mais il est encore trop tôt pour que je croie à leurs excuses." La décision sera connue dans la journée. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter