EN DIRECT - SNCF : l'Etat reprendra 35 milliards de dette de la SNCF, confirme Edouard Philippe

PRINTEMPS SOCIAL - Alors que le 12e "round" de la grève à la SNCF débutera dimanche soir, les syndicats rencontrent Edouard Philippe pour discuter d'une sortie de crise ce vendredi. Le Premier ministre a d'ores et déjà annoncé que l'Etat reprendrait la dette de la SNCF à hauteur de 35 milliards d'euros.
Live

SYNDICATS

L'Unsa va se poser la question d'une éventuelle sortie du mouvement de grève avant le 5 juin, date du vote de la loi au Sénat. "Cela va faire partie des débats que nous aurons", a indiqué Roger Dillenseger, secrétaire général du syndicat, après son entrevue avec Edouard Philippe

IMPÔTS ?

Le Premier ministre a toutefois assuré qu'il n'y "aura pas d'impôt SNCF" pour compenser la reprise de la dette qui "viendra s'ajouter à la dette publique de l'État et sera remboursée au même rythme que la dette publique de l'État".

Urgent

DETTE

Edouard Philippe confirme que l'Etat reprendra 35 milliards d'euros de dette de la SNCF, un engagement "sans précédent", souligne le Premier ministre. 

CA CONTINUE

La grève à la SNCF "continue avec le calendrier fixé" car "nous avons besoin de la mobilisation pour aller jusqu'au bout" du processus parlementaire, a déclaré vendredi à Matignon le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger.

GRÈVE / FO


"Tous les sujets sur lesquels les cheminots se sont mis en grève sont toujours d'actualité", "toutes les revendications", "toutes les raisons de la grève sont encore là", a indiqué de son côté François Grasa, secrétaire général de FO.


"On laissera les cheminots se déterminer" lors des assemblées générales, a-t-il ajouté.

GRÈVE / CFDT


La CFDT maintient son appel à la grève à la SNCF au moins jusqu'à ce que soit dévoilé le texte final de la réforme du rail, c'est à dire à la mi-juin, a déclaré le secrétaire général, Laurent Berger.


 "Nous sortons d'ici avec des éléments de satisfaction mais nous sortons aussi avec le sentiment qu'il faut peser jusqu'au bout du processus parce que rien jamais acquis."

RECAP'


Retour, en images, sur les avancées obtenues par les syndicats

REACTION


SUD-Rail n'a constaté "guère plus d'avancées" pour les cheminots lors de son entretien vendredi à Matignon avec le Premier ministre, "un rendez-vous pas de nature à faire cesser la grève" à la SNCF, selon Erik Meyer, porte-parole du syndicat. La reprise de 35 milliards d'euros de dette est "clairement un cadeau pour les entreprises privées", pour leur faire "place nette" avant qu'elles ne postulent à des appels d'offres après l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs, a-t-il dénoncé.

LAURENT BRUN


La CGT attend l'organisation d'une table ronde tripartite (syndicats / direction / gouvernement) pour que le gouvernement fixe par écrit ses engagements.

CGT


Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT salut les engagements sur la dette mais regrette un manque de réponses sur les autres questions.


"Il y a le statut des cheminots et en face, il n'y a rien. Le gouvernement laisse au patronat - alors que c'est lui qui veut modifier la loi - la responsabilités de négocier une convention collective de haut niveau. Ça fait rire."


Il a para ailleurs souligné "le Premier ministre avait considéré avec attention la Vot'action des cheminots", contrairement à ce que la direction laissait entendre.

AVANCÉES


"J'ai eu hier soir, par courrier interposé de Me la ministre, des garanties factuelles, (...) de nombreux amendements que l'UNSA ferrovaire a effectués seront effectivement retenus dans le projet de loi" se réjouit Roger Dillenseger.


Dans ce courrier que LCI a pu se procurer, Elisabeth Borne promet notamment

- "de nouvelles garanties sur l'incessibilité des capitaux de la SNCF"

- "les activités de logistique et de transport ferroviaire de marchandises (entrent) dans le champ des missions du groupe"

- la garantie de "la continuité de l'application de la convention collective, du statut et des accords collectifs, règlements et usages existants dans le périmètre" ferroviaire social unifié

- "la priorité la plus large possible au volontariat" pour le transfert des personnes dans le cadre de l'ouverture à la concurrence.

UNSA


L'Unsa va-t-il continuer la grève au vu des avancées obtenus ? Cette décision doit être prise "très rapidement dans nos structures", a déclaré le secrétaire général Roger Dillenseger. 


Pour le moment, le syndicat reste mobilisé et participera mardi à la manifestation syndicale prévue près du Sénat "pour montrer qu'on veut peser"

sur le débat à la chambre haute. Le projet de loi doit y être voté le 5 juin prochain.

UNSA


A la sortie des négociations à Matignon, Roger Dillenseger, le secrétaire général d'UNSA, s'est félicité des engagements obtenus : "La négociation paye"

Urgent

UNSA


La décision sur une sortie de la grève sera prise "très rapidement"

Urgent

DETTE


L'UNSA a affirmé à sa sortie de Matignon qu'Edouard Philippe leur avait annoncé que l'État reprendrait la dette de la SNCF à hauteur de 35 milliards d'euros.


25 milliards seront repris en 2020 et 10 milliards en 2022.

RÉUNION


Les syndicats de la SNCF, déjà reçus le 7 mai à Matignon, revoient ce vendredi le Premier ministre, qui doit préciser le niveau de reprise de la dette du groupe, le montant des investissements que consentira l'Etat et son rôle dans les négociations de la branche ferroviaire.

RETOUR PROGRESSIF A LA NORMALE - 

Le onzième épisode de grève prend fin ce jeudi soir mais des perturbations pourront subsister vendredi en début de matinée a prévenu la SNCF. L'ensemble des trains circulant vendredi 25 mai seront consultables sur le site de la SNCF à partir de 17h. 

PARCOURSUP 


Une manifestation d'élèves a eu lieu, ce matin, devant deux lycées de Courbevoie et Bois-Colombes. Ils protestaient contre Parcoursup, le parcours d'accès à l'enseignement supérieur. 

PARTICIPATION


La SNCF a communiqué ce jeudi le taux de participation à la grève de ce jeudi 24 mai. Il s'établit à 14,97%, contre 14,22% pour la mobilisation de mercredi. Elle concerne 54,7% des conducteurs, 48,3.% des contrôleurs et 19,6% des aiguilleurs, indique le communiqué de presse.

MANIFESTATIONS DANS TOUTE LA FRANCE, SAMEDI 26 MAI


Plus de 60 partis, associations et syndicats organisent, ce samedi une "marée populaire" un peu partout en France, qu'ils promettent "festive", pour dénoncer la politique "d'austérité" d'Emmanuel Macron. La CGT et La France Insoumise (LFI), appellent ensemble à cette mobilisation, qui réunira le PCF, NPA ou Europe écologie les verts, ainsi qu'Attac, Act'up, la Confédération paysanne, Les Effronté.es!, le Syndicat de la magistrature, en tout 65 organisations dénombrées en milieu de semaine. 


A Paris, le cortège s'élancera de Gare de l'Est à 14h30, pour rallier la place de la Bastille. L'objectif de l'appel du 26 mai : soutenir les "luttes" syndicales en cours, quelques jours après une troisième journée de mobilisation dans la fonction publique depuis le début du quinquennat et en plein mouvement social à la SNCF. 

Urgent

DETTE DE LA SNCF


L'état pourrait reprendre "entre 30 et 35 milliards d'euros" repris par l'Etat, selon le député rapporteur de LaREM.

RÉACTION


Interrogé sur BFMTV au sujet de la réforme  ferroviaire, François Ruffin a regretté que le débat ne soit pas engagé sur le gaz à effet de serre. "L’objectif à poser dans la réforme des transports et du chemin de fer, c'est la diminution des gaz à effet de serre".


Il a également déclaré qu'il ne se reconnaissait pas "dans cette démarche", au sujet de l'effigie d'Emmanuel Macron, brûlée durant la manifestation des fonctionnaires. 

POINT ROUTE 


Actuellement, il y a 410 km de bouchons en Île de France. Soyez prudents si vous devez prendre la voiture, ce matin. 

RÉACTION 


Interrogé par Europe1, ce matin, Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement a déclaré que "la question du maintien de Guillaume Pépy à la tête de la SNCF, n'est pas posée". "Il n'est pas question d'offrir la tête de quiconque à personne", a déclaré jeudi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. 


La responsabilité concernant la situation de l'entreprise publique est "collective", a-t-il justifié; alors que l'intersyndicale a estimé que la direction de la SNCF était "totalement discréditée" et devait "tirer toutes les conséquences" du résultat du vote sur la réforme ferroviaire organisé par les syndicats. 

RÉACTION 


Après l'annonce faite par Valérie Pécresse de rembourser le Pass Navigo et la Carte Imagin'R à hauteur de 50%, une association d'usagers du RER, la Vignette du Respect, estime que ce n'est qu'une "demie-victoire".

Ils réclament un remboursement intégral, " la position nettement majoritaire exprimée par les associations d’usagers lors de la réunion du 17 mai", écrivent-il. 

INFO LCI


Les incidents qui ont émaillé la fin de la manifestation des fonctionnaires mardi, avec notamment l'envahissement du lycée Arago avaient donné lieu à 128 interpellations. Quarante mineurs avaient été placés en garde à vue. Ce mercredi soir, 33 ont été déférés en vue de leur présentation demain, 5 gardes à vue ont été prolongées, une a été levée sans suite, et une dernière a donné lieu à une convocation par officier de police judiciaire.

Concernant les 88 majeurs : 40 vont être déférés en vue de leur présentation demain, 43 gardes à vue ont été prolongées, un mis en cause s'est vu remettre une convocation en vue d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, et 4 classements sans suite ont été décidés.

GRÈVE SNCF 


Alors que près de 95% des cheminots ayant participé à la consultation "Vot'action" organisée par les syndicats de la SNCF, se sont prononcés contre la réforme ferroviaire, l'intersyndicale se réunit en ce moment même à Paris pour décider des suites du mouvement. 

INFO LCI

Suite à la manifestation parisienne de mardi, 126 gardes à vues étaient toujours en cours mercredi après-midi, selon les informations recueillies par LCI. Parmi ces personnes, plus d'un tiers sont des femmes, et 40 individus sont mineurs. La plupart des gardes à vue ont pour motif l'intrusion en réunion dans un établissement scolaire (le lycée Arago) afin de troubler l'ordre public, passibles de 3 ans de prison. 

PRÉVISIONS DE TRAFIC 


Retrouvez ci-dessous les prévisions de trafic détaillées des lignes internationales pour la journée de jeudi (quatre trains sur cinq en moyenne) :


• Eurostar : trafic quasi normal ;

• Thalys : trafic quasi normal ;

• Lyria : un train sur deux ; 

• Liaison France-Italie : deux trains sur trois ; 

• Liaison France-Allemagne : trafic quasi normal ;

• Liaison France-Espagne : un train sur deux ;

PRÉVISIONS DE TRAFIC 


Retrouvez les prévisions de trafic détaillées des TGV pour la journée de jeudi (trois trains sur cinq en moyenne) :


• Axe Est : quatre trains sur cinq ; 

• Axe Atlantique : un train sur deux ; 

• Axe Nord : trois trains sur cinq ; 

• Axe Sud-Est : trois trains sur cinq ; 

• Intersecteurs : trois trains sur cinq ; 

• OUIGO : trois trains sur quatre ; 

PRÉVISIONS DE TRAFIC 


Retrouvez les prévisions de trafic détaillées pour la journée de jeudi en Ile-de-France : 


• RER A : trafic normal ; 

• RER B Nord : un train sur deux ; 

• RER B Sud : deux trains sur trois ; 

• RER C : un train sur deux ; 

• RER D Nord : cinq trains sur neuf ; 

• RER D Sud : deux trains sur cinq (branche Corbeil-Essonne) et un train sur deux (branche Melun)

• RER E : deux trains sur cinq ; 


• Lignes H, J, N, P et U : un train sur deux ; 

• Lignes K et L : deux trains sur trois ; 

• Ligne R : un train sur quatre ; 


• T4 et T11 : trafic normal ;

PRÉVISIONS DE TRAFIC 


Alors que le 11e round de la grève à la SNCF se poursuit, voici les prévisions de trafic pour la journée de jeudi : 


• Transilien : un train sur deux ; 

• TER : un train sur deux ; 

• TGV : trois trains sur cinq ; 

• Intercités : deux trains sur cinq (aucune circulation de nuit) ;

• Lignes internationales : quatre trains sur cinq ; 

RÉACTION DE L’ÉLYSÉE


Pour Emmanuel Macron, La mobilisation de mardi "tend à confirmer qu'il n'y a pas de convergence des luttes", a déclaré le président de la République en Conseil des ministres.

Urgent

TAUX DE PARTICIPATION


Le taux de grévistes en milieu de matinée s'établit à 14,22%. Selon la SNCF, c'est le taux le plus bas de la grève. Le 18 mai dernier, le taux était, à la même heure, à 15.74%.


Ce jour, ce sont 49.2% des conducteurs qui sont en grève, 40.1% des contrôleurs et 15.5% des aiguilleurs. Des chiffres globalement en baisse, par rapport à la grève du 18 mai dernier. 

RESULTATS DE VOT'ACTION


Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots a indiqué lors d'une conférence de presse que 564 urnes ont été dépouillées, au sujet de la question à laquelle les cheminots devaient répondre :  "pour" ou "contre" le projet gouvernemental de réforme de la SNCF.


91068 cheminots ont voté, soit plus de 61,75 % de participation.


94,97 % ont voté contre le plan de la réforme

3.94 ont voté pour le plan de la réforme

GRÈVE DES FONCTIONNAIRES


Selon nos informations, 128 personnes étaient toujours en garde à vue mercredi matin, après avoir été interpellées la veille en marge d'une manifestation des fonctionnaires à Paris. Parmi elles, 401 mineurs. 

DÉCOMPTE 


Les cheminots entament aujourd'hui leur 21e jour de grève. Ce jour à 10h, les résultats de la consultation "vot'action" organisée auprès des cheminots par l'intersyndicale CGT, Unsa, SUD et CFDT de la SNCF seront annoncés.

REMBOURSEMENT 


Invitée sur RTL, Valérie Pécresse a indiqué que "50% du Pass Navigo sera remboursé à tous les abonnés SNCF" pour les mois d'avril et mai. "C'est la SNCF qui paye", a assuré la présidente de la région Île-de-France, indiquant que c'est ce qu'elle avait obtenu de la part de Guillaume Pépy. 


Ce remboursement va concerner les usagers de la SNCF et non ceux de la RATP. "Il y aura un site dédié", a précisé Valérie Pécresse. A noter que dans un communiqué, la SNCF indique que la carte Imagin R sera, elle aussi remboursée à 50% en avril et mai. 

DETTE DE LA SNCF


L'Etat s'est engagé à reprendre progressivement, à partir du 1er janvier 2020, une partie "substantielle" de la dette de SNCF Réseau, qui était de 46,6 milliards d'euros fin 2017 et continue de s'alourdir. Le montant reste à déterminer, les spécialistes évoquant 30 à 35 milliards. 


Le Premier ministre Edouard Philippe doit annoncer avant la fin mai combien l'Etat veut reprendre, et comment, l'objectif étant que la SNCF puisse financer ses investissement sans avoir à s'endetter à nouveau à partir de 2022.

INTRUSION

Selon la préfecture de police, 101 interpellations ont été effectuées après l'intrusion dans le lycée Arago, place de la Nation. 

Dans le cadre de la manifestation, 24 personnes ont été interpellées au total. 

BILAN

Selon un communiqué de la préfecture de police de Paris, le bilan final de la manifestation parisienne fait état de 15.000 manifestants, "dont un groupe de 200 individus cagoulés et violents qui a pris la tête du cortège", jetant "des projectiles" sur les forces de l'ordre. Huit personnes, dont deux policiers, ont été "légèrement blessées". 

Vingt personnes ont été interpellées, dont dix-neuf pour "participation à un groupement violent et dégradations", et une pour "infraction à la législation sur les stupéfiants".

Trois magasins ont subi des dégradations, ainsi que du mobilier urbain. 

L'intervention au lycée Arago pour faire évacuer l'établissement après l'intrusion de "plusieurs dizaines de personnes" était en cours vers 20 heures.

INTRUSION

Selon nos informations, les forces de l'ordre sont intervenues au lycée Arago, sur la place de la Nation, pour faire sortir les individus qui s'y étaient infiltrés. L'évacuation est en cours et se déroulerait dans le calme. 

MANIF

INTERPELLATIONS

Selon un nouveau bilan qui nous est donné, on compte 20 interpellations en marge de la manifestation parisienne, dont une pour détention de stupéfiant.


Selon nos informations, plusieurs individus se sont infiltrés dans l'enceinte du lycée Arago, sur la place de la Nation. 

DEGRADATIONS

La vitrine d'une enseigne McDonald's du quartier Reuilly-Diderot (XIIe arrondissement de Paris) a été caillassée à son tour par des casseurs encagoulés. 

PRÉVISIONS SNCF


Selon les prévisions de la SNCF pour la journée du 23 mai, on comptera trois TGV sur cinq, deux Intercités sur cinq, un TER et un Transilien sur deux ce mercredi.

En Ile-de-France, le trafic sera normal sur le RER A. On comptera un train sur deux sur le RER B nord, le RER C et la plupart des lignes Transilien SNCF. 

COMPTAGE


La préfecture de police communique son chiffre définitif pour la manifestation parisienne. Elle dénombre 15.000 manifestants.

CORTÈGE


Les conditions météos se dégradent sur la région parisienne. Des trombes d'eau tombent actuellement sur le cortège parisien.

Près de deux mois après le début du "printemps social", les cheminots ont rencontré ce vendredi 25 mai le Premier ministre Edouard Philippe afin de poursuivre les négociations. 

À deux jours du début du 12e round de grève, qui débutera dimanche soir pour se poursuivre lundi et mardi, les syndicats ont assuré que le mouvement se poursuivait, comme prévu au départ, pour se calquer sur le calendrier parlementaire.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Réforme de la SNCF : bras de fer entre le gouvernement et les syndicats

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter