Cybersexisme : cinq élèves par classe en sont victimes, filles comme garçons

DirectLCI
RÉALITÉ VIRTUELLE - Cinq jeunes adolescents par classe en moyenne sont victimes de harcèlement virtuel, selon une étude publiée mardi 27 septembre. Une campagne a été lancée pour lutter contre le cybersexisme.

Dans chaque classe, 3 filles et 2 garçons sont victimes d’harcèlement virtuel lié à leur physique et leur sexualité. Tel est le résultat de l’étude publiée mardi 27 septembre par le Centre Hubertine-Auclert, consacrée au cybersexisme chez les adolescents.

Les filles plus touchées

Au total, 1.127 collégiens et lycéens – de la 5e à la 2nde - de douze établissements franciliens ont répondu aux questions de l’étude menée par l'Observatoire universitaire international d'éducation et prévention (OUIEP, rattaché à l'université Paris-Est Créteil), coordonnée par le Centre Hubertine-Auclert.


Le résultat est accablant. Dans chaque classe, une moyenne de cinq élèves a déjà été victime de cybersexisme.

Les filles sont généralement plus touchées par le phénomène. 20% des interrogées rapportent avoir subi des insultes en ligne sur leur apparence physique, contre 13% des garçons, selon les résultats publiés.

Du virtuel au réel

Le cybersexisme se caractérise par le fait "d’insulter, harceler, humilier, répandre des rumeurs" sur Internet, selon le Centre Hubertin-Auclert. Mais, si le phénomène prend racine sur internet, il se développe dans la vie réelle, au point de créer des réactions de détresse chez les jeunes adolescents.


"Les insultes ou autre diffusions de rumeurs ou de photos prennent rapidement des proportions importantes, produisant un effet d’emballement", précise l’étude, et conduit les jeunes à s’isoler.

#StopCybersexisme

La publication de l’étude marque le lancement d’une campagne pour sensibiliser et lutter contre le cybersexisme, relayée sur les réseaux sociaux avec le hashtag #StopCybersexisme.

Plusieurs médias prennent part à la campagne, tandis que la ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, a précisé que la prochaine journée de lutte contre le harcèlement - le 3 novembre - serait consacrée aux cyberviolences.


En parallèle, l’Education nationale a mis à disposition un site pour lutter contre le harcèlement à l’école, et propose un numéro de téléphone destiné aux victimes, témoins ou parents.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter