L'engouement pour la boxe, un effet direct des JO

DirectLCI
La moisson de médailles des boxeurs français aux JO de Rio n’est pas restée sans conséquences. Ce sport dont l'image a changé suscite désormais un véritable engouement et les salles d’entraînement enregistrent un boom du nombre d'adhésions. En particulier de la part des femmes.

Ce fut LE sport vedette de ces Jeux de Rio. Avec six médailles glanées au cours des Jeux Olympiques, le meilleur bilan de son histoire, la boxe française est sortie de l’ombre en révélant au public les performances de ses champions. Tony Yoka, Estelle Mossely ou encore Sarah Ourahmoune ont fait rêver des millions de Français et donné à un certain nombre d’entre eux l’envie d’enfiler les gants. 


Depuis, les salles d’entraînements ne désemplissent pas. Dans le Xème arrondissement de Paris, Samir Benyahia, coach à l’Appolo Sporting Club, a vu les inscriptions bondir. Il note également la féminisation rapide du sport. "Ces derniers temps, les femmes sont plus beaucoup plus nombreuses que les hommes à s'inscire." 


A l’image d’Anne-Lise et Séverine, qui travaillent toutes deux dans la restauration. Chaque vendredi soir, elles rejoignent désormais ce club pour s’initier au "noble art". "On fait un boulot assez stressant. C’est un bon moyen de se défouler après une semaine chargée et pleine de pression". 


Un afflux d'amateurs que la Fédération française de boxe avait anticipé. Avec 52 000 licenciés lors de la saison sportive 2015-2016 , elle espère bien atteindre la barre des 55 000 d’ici la fin de la saison et vise à terme, la barre des 60 000. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter