Enquête sur un site pour géolocaliser les prostituées

SOCIÉTÉ
DirectLCI
PROSTITUTION 2.0 - La justice s'intéresse à un site internet, apparu en décembre 2015, qui permet de géolocaliser les prostituées aux quatre coins de la France. Une enquête menée par la BRP a été ouverte pour remonter la trace de ses créateurs.

Un site permettant de géolocaliser les prostituées en France fait l'objet d'une enquête préliminaire diligentée par le parquet de Paris, indique une source policière à LCI, confirmant une information du Parisien. Ce sont les policiers de la brigade de répression du proxénétisme (BRP) de la police judiciaire qui sont chargés de faire la lumière sur ce site "participatif", dont nous tairons le nom pour ne pas nuire à l'enquête.


Apparu il y a un an et demi, ce site référence les prostituées à travers toute la France dans une carte de l'hexagone. Les internautes sont appelés à "ajouter" des travailleuses du sexe en indiquant, entre autres, les tarifs ou la "qualité" des prestations. En tout, ce sont plus de 800 prostituées qui sont référencées. On peut également accéder à un blog où les potentiels clients peuvent trouver des "bons conseils".

"Incitation à la prostitution"

Si ce genre de site existe déjà à l'étranger, c'est la première fois qu'on en entend parler en France. "Le concept de géolocalisation est déjà bien connu des services de police, il est notamment utilisé pour signaler les radars, estime une source policière à LCI. Mais pour les prostituées, c'est assez novateur".

En vidéo

Sept à huit - Les prostituées françaises en Belgique

Selon un haut fonctionnaire interrogé par Le Parisien, "les premières vérifications ont permis d'établir que certains emplacements signalés sur cette carte de la France correspondent à des lieux de prostitution, tandis que d'autres, notamment en plein cœur de Paris, n'ont jamais été fréquentés par des prostituées". Et de se demander "si ce site n'a pas été créé pour faire du buzz".

Les enquêteurs essayent actuellement de remonter jusqu'aux créateurs et aux administrateurs de ce site. Si les faits sont avérés, ces derniers pourraient être poursuivis pour "incitation à la prostitution" et l'hébergeur pourrait se voir contraint de fermer le site en question.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter