Entre 7000 et 10.000 anti-Trump à Paris : "On veut récupérer notre Amérique"

SOCIÉTÉ

REPORTAGE - Au lendemain de l'investiture de Donald Trump, ils étaient entre 7000 et 10.000 personnes, Français ou Américains, à marcher dans les rues de Paris ce samedi pour dénoncer la politique "sexiste, raciste et homophobe" du 45e président américain. LCI y était et vous raconte.

"On ne va pas rester assis à ne rien faire alors qu'un homme qui agresse sexuellement des femmes et qui dénigre constamment les minorités prend le pouvoir". Francis a du mal à contenir sa colère. Cette étudiante américaine, expatriée depuis quelques semaines à Paris, refuse de reconnaître l'investiture de Donald Trump. 

Alors ce samedi après-midi, comme des milliers d'autres personnes, elle a investi le parvis des droits de l'homme à Paris. "On est venu pour dénoncer la politique de Trump en matière de droits des femmes, des homosexuels ou des personnes de couleur", lâche-t-elle, emmitouflée dans son écharpe beige. Son amie Bea,  aussi étudiante américaine à Paris, acquiesce avec conviction : "On exprime nos droits, c'est tout. Et j'ai décidé de dire NON ! On veut récupérer notre Amérique", lâche-t-elle avant d'inviter, poing levé, la foule installée sur le parvis à répéter après elle : "NOT MY PRESIDENT!"

Voir aussi

Capitalisme, sexisme, assassins- Inscription sur les pancartes

Parmi les manifestants, on retrouve des femmes bien sûr, mais aussi beaucoup d'hommes. Côté nationalité, ils sont majoritairement américains et français. Le cortège a quitté la place du Trocadéro aux environs de 14h30 en direction du Mur pour la Paix, devant le Champs de Mars, le tout en musique et dans une ambiance pacifique. Ils étaient 7000 personnes selon la préfecture et 10.000 selon les organisateurs.

"On refuse de perdre espoir", nous a confié Martin, père de famille venu défendre "le droit de tous les êtres humains". Des mots également inscrits sur les pancartes et les banderoles rédigés en français et en anglais, brandies au milieu des drapeaux américains et des bonnets roses. On pouvait par exemple lire : "Les droits de l'homme sont aussi ceux des femmes", "respect", "liberté, égalité, sororité" ou encore "capitalisme, sexisme, assassins".

Nadine, 72 ans, était venue à Paris pour garder ses petits-enfants, mais elle a pris le temps de venir à la marche "entre deux couches". "Je viens contre Trump, mais aussi contre les mouvements facistes, pour le droit des femmes, le droit des minorités et contre la banalisation du viol, de la maltraitance et des violences sexuelles", nous a confié cette militante pour le droit des femmes.

Des marches partout en France

Initialement lancée à Washington par des opposants au nouveau président, la "Marche des femmes" est organisée dans plusieurs villes américaines - dont New York, Boston, Los Angeles et Seattle - ainsi que dans plusieurs capitales dans le monde, comme Londres, Sydney, Budapest, Genève ou encore Berlin. 

Des rassemblements étaient aussi organisés dans d'autres villes françaises. A Marseille, où l'appel a réuni une cinquantaine de personnes, un groupe d'Américains portait une pancarte où était écrit : "Trump, Liar in chief" ("Trump, menteur en chef", ndlr). Devant l'Opéra de Lyon, ils étaient quelques centaines de manifestants, en majorité des femmes, avec notamment ce slogan: "Donald, c'est pas du Walt Disney". Entre 650 et un millier de personnes ont également défilé à Montpellier, plus de 300 à Bordeaux, et 200 à Strasbourg. 

En vidéo

Women's March : round-up des manifestations anti-Trump dans le monde

En vidéo

JT WE - A Washington, les femmes debout contre Donald Trump

En vidéo

En visite à la CIA, Trump s'en prend aux médias

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter