Pourquoi les retraités et les professionnels de l'aide aux personnes âgées se mobilisent ce jeudi

DirectLCI
COLÈRE - Les retraités manifestent ce jeudi à Paris contre la hausse de la CSG et la baisse du pouvoir d'achat, à l'appel de 9 syndicats. En parallèle, les professionnels de l'aide aux personnes âgées, dans les Ehpad et à domicile, réclament plus de moyens.

Ils font front commun. Neuf syndicats appellent les retraités à manifester ce jeudi contre la hausse de la CSG pour les retraités qui gagnent plus de 1200 euros, tandis que les professionnels de l'aide aux personnes âgées se mobilisent pour demander plus de moyens. Le cortège des retraités partira de Montparnasse, à Paris, à 14h30, et un cortège de professionnels manifestera à 13h devant le ministère des Solidarités et de la Santé. 


Établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), services d'aide à domicile, hôpitaux 

gériatriques et d'autres structures diverses sont appelés à faire grève, moins de deux mois après une première mobilisation très suivie. "On ne peut plus admettre que des personnes âgées ne soient pas douchées régulièrement", a déclaré Mireille Stivala (CGT) à l'AFP au nom de neuf autres syndicats (FSU, Fédération autonome Fonction publique, CFDT, CFE-CGC, CFTC, FO, Solidaires, Union fédérale action sociale et Unsa) et de l'association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA).

Les professionnels réclament notamment de meilleurs salaires et conditions de travail, ainsi que l'abrogation de la réforme du financement des Ehpad. Ils estiment nécessaire d'atteindre un ratio d'un salarié, tous personnels confondus, pour un résident, contre 0,6 en moyenne actuellement.


Une revendication qui serait "pratiquement" satisfaite si la proposition d'un rapport parlementaire de doubler le ratio de soignants en quatre ans était mise en oeuvre. Une mesure qui représenterait 200.000 recrutements, pour un coût de 7 à 10 milliards d'euros, selon les auteures du rapport, les députées Monique Iborra (LaREM) et Caroline Fiat (LFI).

Pour la ministre de la Santé, la France n'a "pas les moyens budgétaires"

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a déjà fait savoir que la France n'avait "pas les moyens budgétaires" de garantir le ratio d'un pour un. Celle-ci promet de "neutraliser les effets négatifs" de la très contestée réforme du financement des Ehpad, qui a fait "20 à 25% de perdants".


Enfin, la ministre n'exclut pas des "ajustements" suivant les pistes remises fin mars par un médiateur. Agnès Buzyn présentera alors une feuille de route globale pour la prise en charge du vieillissement. En attendant, les organisateurs du double mouvement social misent sur "un gros succès" de mobilisation des retraités et des professionnels.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter