Epilogue de la tragicomédie entre Rémi Gaillard et la SPA ? L’humoriste claque la porte, l'association prend acte

Epilogue de la tragicomédie entre Rémi Gaillard et la SPA ? L’humoriste claque la porte, l'association prend acte
SOCIÉTÉ
DirectLCI
VINAIGRE - L’initiative de Rémi Gaillard de s’enfermer dans une cage pour collecter des dons pour la SPA avait tourné au vinaigre, les deux parties ne s’entendant pas sur la manière d’utiliser les fonds récoltés. L'humoriste a finalement quitté l'association.

L’aventure avait bien commencé. Elle était émouvante, pour la bonne cause. Elle avait viré à la guerre froide. Mais elle semble avoir trouvé jeudi son épilogue, radical. Rémi Gaillard a en effet annoncé, dans un long post sur Facebook, qu’il quittait la SPA de Montpellier, dont il était le parrain depuis deux ans. La fin d’une longue crise de couple.

 

Rappelez-vous : en novembre dernier, l’humoriste  et agitateur, très sensible à la cause animale, avait suscité un beau buzz, en s’enfermant dans une cage d'un refuge pour collecter des fonds pour la SPA de Montpellier, partenaire de l’évènement.  L’initiative avait plus que fonctionné : en 4 jours, plus de 200.000 euros avaient été récoltés et 150 animaux avaient été adoptés. Le comédien avait d'ailleurs bien payé de sa personne, s'écroulant, en larmes, d'épuisement et de froid, quelques jours après le début du défi. 

En vidéo

Rémi Gaillard, sa vie de chien de SPA

Crise diplomatique et guerre froide

Problème : la belle opération avait rapidement viré à l’orage. L'humoriste et l’association de protection des animaux s’étaient écharpés via des post Facebook interposés. A l'origine de la guéguerre, l’utilisation de la somme récoltée. Rémi Gaillard avait son idée : créer des espaces ouverts pour les animaux, dans lesquels les chiens pourraient vivre en liberté avant d’être adoptés. 


Un projet que ne rejetait pas la SPA. Mais elle estimait cependant que la somme récoltée ne "représentait qu’une petite partie des fonds". L’association penchait du coup pour une autre installation : des chauffages dans les cages du refuge. Ce que Rémi Gaillard estimait "largement insuffisant" : "Améliorer des prisons, c'est les légitimer, c'est entretenir une souffrance insupportable", écrivait-il en décembre sur Facebook, au détour d'un long post dans lequel il retranscrivait des échanges musclés. 

L’association avait répliqué, en reprochant de son côté à l’animateur d’avoir défendu son projet devant le président de la Métropole de Montpellier sans qu’elle n’en ai eu connaissance. La SPA expliquait avoir tenté d’engager une discussion avec un Rémi Gaillard "agressif", qui "n’entend ni les avis du personnel ni des bénévoles, se bornant d’exiger la démission du Conseil d’administration, d’invectiver le président en termes peu avenants."  Rémi Gaillard avait du coup publié un enregistrement audio d’une réunion de Conseil d’administration ; la SPA avait répondu en dévoilant un mail de l’humoriste, et en dénonçant des "manœuvres d’intimidation relevant du chantage." Avant de lancer un petit tacle, en citant du Corneille : "La générosité n’a pas besoin d’événements tapageurs pour s’exprimer, tel le legs récent de cette vieille dame qui s'est éteinte, sans bruit". "'Tel donne à pleines mains qui n'oblige personne : la façon de donner vaut mieux que ce qu'on donne'". Bonne ambiance. 


Résolutions de nouvelle année ou pas, dans un dernier post publié jeudi, Rémi Gaillard semble mettre un point final à l’histoire. "Après enquête, je ne peux pas rester lié à ce refuge", écrit-il. Il évoque "d'anciens bénévoles, certains qui ont été radiés, d'anciens salariés, certains qui ont été licenciés (…). Tout est mascarade, je ne peux pas cautionner ça", écrit-il encore. "La polémique, aujourd'hui, pour moi, s'arrête. Je ne regrette rien. Ni mon encagement. Ni mon engagement. J'y ai cru. J'ai bien fait d'y croire. Vous étiez tous là." Il indique cependant qu'il aura un "un droit de regard sur l'utilisation de la somme récoltée".

Le message de Rémi Gaillard a été posté à 8 h 46 jeudi. Le hasard fait-il curieusement les choses ? Dix minutes après, à 8 h 57, la SPA de Montpellier écrivait, elle aussi, un communiqué, pour "clore", - là encore -, la "polémique".  

La SPA indique donc "ne souhaiter en aucun cas entrer dans une polémique médiatique", et explique avoir "construit son projet en concertation avec les bénévoles, les salariés", et... "dans le sens de l’idée de Rémi Gaillard à sa sortie de cage". 


Et sur le papier, le projet présenté semble en effet répondre aux désirs de chacun : il prévoit la "création d’un grand espace de détente au sein du refuge", mais aussi "l’amélioration des espaces de vie pour les chats et les chiens", ou encore la "réfection intégrale avec isolation et chauffage d’un îlot". Ces projets seront soumis à la métropole de Montpellier, avant d’être présentés aux adhérents lors d’une assemblée générale. Fin de l’histoire ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter