Eric Clapton refuse de se produire dans les salles où le vaccin est obligatoire

Eric Clapton se produit sur scène lors de Music For The Marsden 2020 à l'O2 Arena le 03 mars 2020 à Londres, en Angleterre.

COUP DE GUEULE - Alors qu'il faudra justifier d'une vaccination complète pour se rendre dans les lieux culturels britanniques à partir du mois de septembre, le chanteur de 76 ans dénonce une mesure discriminatoire.

Le chanteur de 76 ans ne jouera pas dans une salle qui réclame aux spectateurs d'être complètement vaccinés. À travers cette déclaration, Eric Clapton réagit à la mise en place par le gouvernement britannique d'un pass sanitaire pour accéder aux boîtes de nuit et aux lieux accueillants un public nombreux. Un test négatif ne sera donc plus suffisant pour pénétrer dans ces endroits.

Ce dispositif qui devrait être mis en place à partir de la fin du mois de septembre est jugé discriminant par l'artiste.  "Je souhaite dire que je ne me produirai sur aucune scène faisant face à une audience discriminée", déclare Eric Clapton dans un court communiqué. "À moins qu'un protocole permette à chacun d'entrer, je me réserve le droit d'annuler le concert", déclare-t-il, comme le relaie Reuters.

Toute l'info sur

Covid-19 : déjà un an de pandémie...

Le chanteur s'est positionné à plusieurs reprises à l'encontre des mesures de restriction anti-Covid, rappelle le quotidien britannique The Guardian. D'ailleurs, il a publié son message sur le compte Telegram de l'architecte et producteur italien Robin Monotti, sceptique face à la crise sanitaire.

En novembre 2020, Eric Clapton avait sorti le single Stand and Deliver en duo avec Van Morrison, une chanson qui s'opposait au confinement. Selon Rolling Stone, il a fait part deux mois plus tard de sa "réaction sévère" au vaccin AstraZeneca dont il aurait mis dix jours à se remettre. Le prochain spectacle britannique de Clapton est prévu pour mai 2022 au Royal Albert Hall de Londres.

Lire aussi

Au Royaume-Uni, une course contre la montre est engagée avec le variant Delta, identifié pour la première fois en Inde, qui provoque une nouvelle vague de contaminations dans le pays. Ces derniers jours, le nombre de contaminations frôle quotidiennement les 50 000.  Sur la seule semaine finissant le 14 juillet, plus de 600 000 notifications demandant de s'isoler ont été envoyées. Conséquences : le pays tourne au ralenti et les entreprises alertent sur un manque de main-d’œuvre. 

Malgré la résurgence de l'épidémie dans le pays, Boris Johnson a maintenu la levée des restrictions sanitaire, ce lundi, arguant du fait que 69% des adultes étaient entièrement vaccinés. Un pari que certains scientifiques jugeaient risqué. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

Covid-19 : l'anxiété des Français atteint un niveau proche de celui du premier confinement

"The Voice All Stars" : qui a le plus de chances de remporter la finale ?

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil d'alerte de 50 cas pour 100.000 de nouveau franchi en France

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.