Erika, Birmanie... Ces affaires qui collent à l'image de Total

Erika, Birmanie... Ces affaires qui collent à l'image de Total
SOCIÉTÉ

ECONOMIE - La mort de Christophe de Margerie n'a pas occasionné que des hommages émus. Des commentaires acerbes ont également été lâchés, mélangeant le plus souvent l’homme avec le groupe dont il incarnait la tête : Total.

"La plupart des gens, quand on leur parle de Total, ils ne savent pas ce que c'est, mais ils savent que c'est pas bien", admettait lui-même en 2009 son PDG Christophe de Margerie, décédé lundi dans un crash aérien. Un constat qui s'est vérifié ce mardi, puisqu'aux hommages de circonstances se sont mêlés des commentaires acerbes sur l'entreprise qu'il dirigeait. Retour sur cinq taches que le groupe pétrolier peine à effacer de son image.

EN SAVOIR + >> Qui était Christophe de Margerie, surnommé "Big Moustache" ?

La marée noire de l'Erika
Le 12 décembre 1999, le pétrolier Erika se brise en deux au large de la Bretagne, déversant près de 20.000 tonnes de fioul en mer, qui viendront souiller les littoraux bretons et charentais. La catastrophe écologique est également un crash médiatique pour Total, la compagnie qui avait affrété le bateau poubelle. Au terme d'un marathon judiciaire, la Cour de cassation confirme en 2012 sa condamnation pénale. Le groupe doit s'acquitter de 171 millions d'euros de dommages et intérêts. Arrivé en 2007 à la tête du groupe après en avoir gravi les échelons, Christophe de Margerie reconnaîtra plus tard que sa société a "assez mal géré cette crise".

Son implantation en Birmanie
En 2010, un rapport de l'ONG Earth Rights International accuse le géant pétrolier français, ainsi que ses partenaires américain et thaïlandais, de "complicité d'assassinats ciblés, de travail forcé". Auparavant, l'organisation avait déjà dénoncé les liens entre Total et la dictature birmane. Le groupe, qui s'était engagé à ne plus réaliser de nouveaux investissements au pays de la junte, a néanmoins toujours refusé d'en sortir. Depuis, les explorations y ont repris à la faveur d'une ouverture du régime.

Les affaires en Iran et Irak
Peu de temps après sa nomination à la tête de Total, Christophe de Margerie avait passé plus de 24 heures en garde à vue dans le cadre d'une affaire de corruption avec l'Iran. Si le groupe pétrolier a conclu une transaction de près de 400 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites aux États-Unis, le parquet de Paris a requis un procès. Le PDG fut aussi mis en cause dans l'affaire "pétrole contre nourriture" en Irak, avant de bénéficier en 2013, au bout de huit ans de procédures, d'une relaxe retentissante par le tribunal correctionnel de Paris.

Des bénéfices pharamineux...
Total est le groupe le plus riche de France. Et si ses bénéfices ont reculé de 20% l'an dernier (à 8,4 milliards d'euros), les super-profits du géant pétrolier sont un sujet récurrent de critique. Quand il avait annoncé pour 2011 un bénéfice quasi record de 12,3 milliards, l'association de consommateurs UFC avait estimé que ces "niveaux faramineux sont une réelle source d'interrogation", en réclamant une "régulation" du secteur. Un terrain que Christophe de Margerie s'employait en permanence à déminer, en insistant sur les investissements colossaux du groupe et les 35.000 travailleurs qu'il emploie en France.

EN SAVOIR + >> Le PDG de Total traité de "voleur" par Gérard Filoche

...mais des petits impôts
Si le sujet des profits est si sensible, c'est aussi parce que Total fait partie de ces grands groupes payant moins d'impôts en France qu'une PME. Un décalage confirmé en 2011 par un rapport du député UMP Gilles Carrez. L'année précédente, malgré 10 milliards de bénéfices, Total a même été exempté d'impôt sur les sociétés car ses activités françaises étaient déficitaires. Là encore, Christophe de Margerie n'avait de cesse de souligner la contribution de son groupe aux finances publiques (environ 1,2 milliard d'impôts en 2011). Rappelant par ailleurs que Total n'est pas imposé qu'en France : une étude du cabinet Landwell & Associés lui attribue un taux d'imposition de 54,7%.

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent