"Esclavage" chez un fournisseur de Haribo : ce qu'il faut savoir sur la cire de carnauba (qui ne sert pas qu'à faire des bonbons)

"Esclavage" chez un fournisseur de Haribo : ce qu'il faut savoir sur la cire de carnauba (qui ne sert pas qu'à faire des bonbons)
SOCIÉTÉ
DirectLCI
ACCUSATIONS - Haribo est accusé d'utiliser pour la confection de ses bonbons une matière première produite dans des conditions sociales indignes. Fabriquée au Brésil, la cire de carnauba sert à confectionner oursons en gélatine, dragibus, mais aussi cire pour voiture ou mascara...

Haribo est dans la tourmente depuis la diffusion à la télévision allemande, le 16 octobre dernier, d'un documentaire sur les conditions de fabrication de ses bonbons. Dans le film "Der Haribo-Check", la chaîne publique allemande ARD accuse le leader européen de la confiserie de se fournir chez des entreprises brésiliennes dont les pratiques seraient équivalentes à de l'esclavage.


La cire de carnauba permet notamment aux oursons en gélatine Haribo de ne pas coller entre eux, d'être bien lisses et brillants. Elle est issue du battage des feuilles d'un palmier qui se trouve dans le nord-est du Brésil, le Copernicia prunifera. Les journalistes, qui se sont rendus dans la région, ont constaté sur place les conditions de production de cette cire.

Identifiée comme additif alimentaire sous le sigle E903

Dans cette enquête, reprise par Reporterre, les travailleurs ne disposent pas de sanitaires ni d'eau potable, n'ont pas de vêtements de protection et sont contraints de dormir sur leur lieu de travail, dans des camions ou sur le sol. De nombreux mineurs travaillent dans ces fermes, qui rémunèrent leurs ouvriers au noir, en fonction de leur production. La paye atteint généralement une dizaine d'euros par jour.


Des conditions de travail qui "pourraient être décrites comme de l'esclavage", de l'aveu même d'un responsable du ministère du Travail brésilien, interviewé par la télévision allemande. "Nous enquêtons avec nos fournisseurs la nature précise des conditions dans les plantations et les fermes qui les fournissent", a répondu, quant à lui, un porte-parole de Haribo. "Nous travaillons également sur un audit rapide de nos fournisseurs."

La cire de carauba, considérée comme un additif alimentaire sous le sigle E903, entre dans la composition de nombreux autres produits. Outre les oursons en gélatine, elle sert également à la confection des dragibus ou d'autres bonbons, comme les Smartie's ou les M&M's. On la trouve aussi dans des cosmétiques, par exemple le mascara waterproof, ou dans des produits d'entretiens : cire pour chaussures, pour carrosserie ou pour bois. 


Le documentaire de la chaîne ARD ne précise pas si les exploitations de cire de carnauba mises en cause fournissent d'autres entreprises qu'Haribo, ni si d'autres fermes pratiquent de meilleures conditions de travail. L'enquête pointe en revanche les conditions de production d'un autre composant des oursons en gelée : la gélatine de porc. Celle-ci est fabriquée dans des élevages porcins situés dans le nord-est de l'Allemagne, ou les bêtes vivent dans leurs excréments, parfois à côté d'animaux malades ou mourants. Des pratiques parfois contraires à la loi et dénoncées par des associations de protection des animaux. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter