Et si on accordait des congés maladie aux femmes qui ont des règles douloureuses ?

Et si on accordait des congés maladie aux femmes qui ont des règles douloureuses ?

Société
DirectLCI
SANTÉ - En Grande-Bretagne, un gynécologue a proposé d'accorder trois jours par mois de congés maladie aux femmes souffrant de règles douloureuses.

Intenses maux de ventre, faiblesse généralisée, fièvre et parfois, impossibilité de sortir de son lit, les règles douloureuses (dysménorrhée) toucheraient 5 à 15 % des femmes. Un malaise qui les rendrait parfois totalement inefficaces au travail. C'est pourquoi un gynécologue anglais propose d'introduire dans le Code du travail, une disposition leur permettant de disposer de congés maladie pour cette période.

EN SAVOIR + >> Règles douloureuses : une entreprise crée un congé pour les femmes

"Certaines femmes souffrent vraiment pendant leurs règles. Aller travailler est un combat et elles se sentent nulles, détaille le professeur Gedis Grudzinskas  dans le Mail Online . Difficile alors de ressentir de la fierté dans son travail et d'être aussi efficace". Les "congés menstruels" existent déjà dans quelques pays d'Asie. Le Japon l'a introduit dans son droit du travail dès 1947 . Taïwan, L'Indonésie ou la Corée du Sud ont suivi ces dernières années.

Méthodes alternatives

"Certaines femmes, surtout jeunes, ont des règles douloureuses très handicapantes. Et souvent, c'est une plainte qui n'est pas entendue, indique Elisabeth Tarraga, sage-femme. En revanche, la réponse n'est pas forcément de systématiser l'arrêt de travail mais peut-être de proposer davantage des méthodes alternatives, comme l'acupuncture ou l'homéopathie, qui marchent très bien".

Pour Claire Cohen, l'éditorialiste du Telegraph, citée par l'Express , la proposition de Gedis Grudzinskas est même sexiste. " Nous n'avons pas besoin que de 'gentils' patrons nous disent avec condescendance de nous reposer, écrit-elle . Ce dont nous avons besoin, c'est de démystifier les règles, pas d'en faire une chose qui rendrait la femme apparemment plus vulnérable, sale ou incapable de bien faire son travail."

LIRE AUSSI >> Le Viagra efficace pour soulager les douleurs des règles ?

Il y a quelques mois, c'est également de Grande-Bretagne qu'était parti un grand débat sur les règles féminines. Partant du postulat qu'en une vie, une femme aura déboursé en moyenne 1 500 euros en produits d'hygiène féminine, une chroniqueuse anglaise avait proposé de faire rembourser par la Sécurité sociale le coût des tampons et serviettes . Une pétition circule même au Royaume-Uni demandant que ces produits ne soient plus taxés à 17,5 % mais à 5 %. En France, ils sont encore taxés à 20 %.

LIRE AUSSI >>  Pilule de 3e génération : mieux prescrite, elle pose moins de problèmes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter