"Et vous, vous donnez combien à votre concierge ?" : le retour de l'épineuse question des étrennes de fin d’année

"Et vous, vous donnez combien à votre concierge ?" : le retour de l'épineuse question des étrennes de fin d’année

Société
DirectLCI
RITUEL - C’est une tradition à laquelle les Français sont attachés : les étrennes de fin d’année au concierge, mais aussi aux pompiers, facteurs, éboueurs... Mais savez-vous combien leur donner ? On vous aide à fixer leur montant.

Peut-être la conversation a-t-elle déjà surgi au détour d’un coin de table ou en croisant un voisin  : "Et vous, vous donnez combien à votre concierge pour les étrennes ?" La question est forcément sensible, la réponse va - peut-être - conditionner votre quotidien pour l'année à venir. Un exemple parmi (tant) d'autres : votre colis sera-t-il conservé dans la loge jusqu'à votre retour du bureau... ou renvoyer à son expéditeur pour cause d'absence ? Chez qui allez-vous laisser ce double de clé qui se révèlera salvateur quand vous aurez claqué la porte avec votre trousseau à l'intérieur ?  


Chacun a donc son avis sur la question et sa position. Antoine, dont la femme s’occupait avant de ce rituel, a laissé tomber, depuis qu’ils se sont séparés. Et ne s’en porte pas plus mal. "Elle est super sympa mais je ne lui demande aucun service ! Ce n’est pas un problème !" Sébastien lui, en rigole : "Chez nous, le gardien a tout fait pour nous inciter à donner... Petit mot dans les ascenseurs pour souhaiter bonnes fêtes, petite carte de vœux..." Il y a le couple qui se dédouane en offrant des boites de chocolat, avec l’excuse d’avoir quatre enfants. "Moi j’ai eu des gardiens supers, et d’autres qui ne nous parlaient qu’à partir du 15 décembre", se souvient Mélissa. 

Les étrennes, une mauvaise image pour la profession ?

Tout ça ne résout pas le fond du problème : combien faut-il donner ? Pour Valentine, c’est tranché : "C’est 10% de votre salaire en gros, non ?" Henri, médecin, veut donner 250 euros. Parce qu’il trouve son gardien serviable, agréable, qui organise des jeux pour les enfants. "Et puis, il faut bien se le mettre dans la poche !" 


Aucune étude n’existe réellement sur le sujet, et certains syndicats semblent lassés de n’être sollicités que sur ce sujet.  Le Figaro a tenté d’appeler le syndicat national indépendant des gardiens d’immeubles et concierges (SNIGIC), qui lui indique "ne plus répondre aux journalistes à ce sujet, cela donne une mauvaise image de la profession de concierge et de gardien d’immeuble". 


La pratique des étrennes, qui daterait de l’époque des Romains, semble en effet égratigner un peu la profession, semblant à certains locataires un passage obligé qu’ils aimeraient bien décliner, sans avoir à craindre des épluchures sous le paillasson ou des erreurs récurrentes dans la réception des colis. Nicole Ferroni, humoriste, a d'ailleurs fait de cette question des étrennes  une caricature suprême, campant dans un sketch une concierge comptant ses lingots, et rackettant les habitants de son immeuble en faisant du chantage à la distribution du courrier. Tout en répétant en boucle : "Ce qui est important dans les étrennes, ce n’est pas l’argent, c’est la démarche. Je vous laisse mon RIB, je prends aussi de la carte bleue, je prends aussi l’American express."

En moyenne, les Français glisseraient entre 5 et 50 euros dans l’enveloppe. Sur son blog Alliance-habitat, Patricia Recrosio, spécialisée dans l'immobilier, estime qu’il vaut "mieux éviter les cadeaux en nature" : "Tous les ans, mon gardien toulousain Georges se retrouve avec une dizaine de bouteilles de vin (il ne boit pas !) et une vingtaine de boites de chocolat (de quoi faire des indigestions !)", écrit-elle. "Il préfère nettement la petite enveloppe en espèces pour l'aider à acheter des cadeaux pour sa famille et à boucler la fin d'année". 


Et donne, un montant à titre indicatif : "Si vous êtes locataire, la somme idéale représente normalement 10% du loyer hors charges. L'objectif des étrennes est de récompenser les petits services rendus comme la réception d'un colis, arroser vos plantes pendant votre absence, ou ouvrir la porte à un artisan pendant ses heures de travail." Reste que si cette question des étrennes anime largement les blagues des internautes, d’après un sondage réalisé en fin d’année par le réseau immobilier Guy Hoquet, seuls 18% des Français donnent encore quelque chose en 2017. Seraient-ils plus radins ? Peut-être que la crise a eu un effet sur le montant des dons. Mais la profession a aussi tendance à disparaître. 

Et pour le reste, pompiers, facteurs, éboueurs ? Combien donner ? Notre question du jour du 26 décembre dernier y répondait. 

En vidéo

La question du jour : combien faut-il donner pour les étrennes ?

En moyenne, les Français, toujours attachés à cette tradition, donnent 5 euros aux éboueurs, 5 à 8 euros au facteur, 5 à 10 aux pompiers. Mais c’est avec les concierges qu’ils se montrent les plus généreux, donnant entre 30 à 50 euros. Par peur des représailles ? Allons... 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter