A quoi vont servir les Etats généraux de l’alimentation qui s'ouvrent aujourd'hui ?

Société
DirectLCI
SORTIE DE CRISE – Les Etats généraux de l’alimentation s’ouvrent ce jeudi, et pour plusieurs mois, avec des objectifs bien précis : mieux rémunérer les agriculteurs, tout en faisant la promotion d’une alimentation saine, sûre et durable. Voici le menu !

Emmanuel Macron l’avait promis alors qu’il était encore en campagne. Ce jeudi 20 juillet commence les Etats généraux de l’alimentation, une réflexion collective à laquelle participent onze ministères et quelques 500 autres personnes, dont les représentants de producteurs, les distributeurs et des associations de consommateurs. La conférence sera ouverte par le Premier ministre, puis les ministres de l’Agriculture et de l’Alimentation, des Solidarités et de la Santé, de l’Economie et de la Finance, ainsi que de la Transition écologique et solidaire, s’exprimeront tour à tour.  Le président de la République, qui devait initialement clore cette première journée, a finalement renoncé à sa venur. Au menu des discussions : la rémunération des agriculteurs ainsi que la qualité des aliments.

Des prix plus justes et une alimentation plus saine

Emmanuel Macron l’a dit à plusieurs reprises : "Les agriculteurs doivent pouvoir vivre de leur travail". En 2016, un agriculteur sur deux a gagné moins de 354 euros par mois, selon la Mutuelle sociale agricole (MSA). Ainsi, le "partage" équitable de la "valeur ajoutée" des produits alimentaires entre agriculteurs, industriels de l’agroalimentaire et grande distribution sera au centre des attentions. Les premières conclusions de ces travaux serviront aux négociations commerciales entre producteurs et la grande distribution qui se tiendront en octobre prochain. 


Le deuxième grand axe abordé fera la promotion d’une alimentation "saine, sûre, durable et accessible à tous", tout en tenant compte des contraintes de la mondialisation et du changement climatique. Ces travaux n’interviendront que dans un second temps, entre octobre et novembre. 

Dans le même temps, le gouvernement lance ce jeudi une consultation publique (egalimentation.gouv.fr) où toutes les personnes qui le souhaitent pourront s’exprimer. Les réponses seront ensuite analysées au fur et à mesure afin de nourrir les travaux qui se tiendront de la fin du mois d’août jusqu’au mois de novembre. Le début d’un changement de modèle d’agriculture, qui bénéficiera d’un plan d’investissement de 5 milliards d’euros sur 5 ans, et peut-être la fin de la guerre des prix qui oppose les agriculteurs à la grande distribution. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter