Etats généraux de la bioéthique : "Les extrémistes se font souvent beaucoup mieux entendre que la majorité, qui reste silencieuse"

Etats généraux de la bioéthique :  "Les extrémistes se font souvent beaucoup mieux entendre que la majorité, qui reste silencieuse"

INTERVIEW - Ce jeudi s'ouvrent les Etats généraux de la bioéthique où sera notamment débattu l'accès à la PMA pour les couples de femmes ou l'encadrement de la GPA. Pour mieux en comprendre les enjeux, nous avons interrogé Alexandre Urwicz, président de l'Association des familles homoparentales.

PMA pour toutes, fin de vie, données de santé... Ces sujets brûlants vont être débattus dans les prochains mois à travers la France à l'occasion des Etats généraux de la bioéthique, lancés jeudi, en préambule à une nouvelle révision de la loi. Cette vaste concertation, pilotée par le Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE) et déclinée en régions, s'adressera à tous : médecins, experts, associations mais aussi "simples" citoyens et jeunes, avec des débats dédiés aux étudiants et lycéens. 

 Ces échanges, jusqu'à l'été, doivent nourrir la prochaine loi bioéthique attendue au Parlement à l'automne.  L'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes célibataires et aux couples de femmes, à laquelle est favorable Emmanuel Macron, figurera en bonne place dans les discussions. Il est en revanche fortement opposé à la légalisation de la Gestation pour autrui (GPA). 

Pour mieux comprendre les enjeux autour de ces questions sociétales, sur lesquelles l'opinion des Français n'a eu cesse d'évoluer ces dernières années, nous avons interrogé Alexandre Urwicz, président et co-fondateur de l'Association des familles homoparentales (ADFH).

Lire aussi

LCI.fr : Qu’attendez-vous de ces Etats généraux de la bioéthique ?

Alexandre Urwicz : On souhaite d'abord qu'ils conduisent à l'application de l'engagement d'Emmanuel Macron : l’ouverture de la PMA pour toutes les femmes. Notre association sera d'ailleurs auditionnée à cette occasion et nous invitons nos adhérents à participer aux débats qui auront lieu dans les espaces éthiques régionaux. Il faut avant tout faire entendre la réalité des enfants et des parents qui ont déjà recouru à la PMA, principalement en Espagne et en Belgique. A partir du moment où l'on arrivera à montrer la réalité, les arguments des opposants, essentiellement construit sur des fantasmes, s’effondreront.

LCI.fr : Si Emmanuel Macron ne souhaite pas une légalisation de la GPA, elle sera toutefois débattue lors de ces Etats généraux...

Alexandre Urwicz : En effet, ce sera essentiel d'en débattre car il y a encore beaucoup d’enfants en France et qui n’ont pas de filiation reconnue. La France a un devoir moral de participer à la lutte contre les dérives de la GPA. Emmanuel Macron s'était d'ailleurs engagé à réfléchir à la construction d’une convention. Une réflexion est en cours à la conférence de droit privée de La Haye pour réduire les trafics et permettre aux pays qui le souhaitent de rentrer dans un cadre éthique. On veut que la France participe à ces réflexions et pourquoi pas, ensuite, qu'elle signe la convention.

LCI.fr : Craignez-vous la résurgence de mouvements comme La manif pour tous ?

Alexandre Urwicz : Evidemment, on sait qu’ils vont essayer d’aller partout et de faire passer leurs idées. Les extrémistes se font souvent beaucoup mieux entendre que la majorité, qui reste silencieuse. On demande simplement que ce soit fait dans un cadre qui respecte nos familles, la dignité et la vie privée de nos enfants. Il n'est pas question de comparer une nouvelle fois les enfants à des légumes en fonction de leur mode de procréation. Pour nous, ce sera une frontière à ne pas franchir.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

EN DIRECT - Covid-19 : l'Occitanie déclenche le plan blanc dans tous les hôpitaux de la région

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo invitée du JT de 20H de TF1, ce mercredi soir

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'alerte des parents de l'ado électrocutée par son téléphone en prenant un bain

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.