Donald Trump relance les controversés projets d'oléoducs Keystone XL et Dakota Access Pipeline

DirectLCI
ENVIRONNEMENT - Donald Trump a redonné ce mardi une impulsion à deux projets d'oléoducs très controversés dont la construction avait été bloquée par l'administration Obama, notamment au nom de la lutte contre le changement climatique.

Le nouveau président continue à traduire certaines de ses promesses de campagne sur le papier. En tête de celles-ci : la relance de deux projets d'oléoducs très controversés, le Keystone XL reliant le Canada aux Etats-Unis et le Dakota Access Pipeline. Ces derniers avaient été bloqués par Barack Obama au nom de la lutte contre le changement climatique. 


Donald Trump se met ainsi à dos les défenseurs de l'environnement en signant une série de décrets ouvrant la voie aux constructions de ces deux oléoducs. Evoquant le projet Keystone XL, le milliardaire a souligné que l'aboutissement de ce projet était conditionné à une renégociation avec la société canadienne TransCanada. "Nous allons renégocier certains des termes et, s'ils le veulent, nous verrons si cet oléoduc peut être construit", a-t-il déclaré lors de la signature des documents dans le Bureau ovale.

Le projet Keystone XL bloqué sous l'administration Obama

Si le camp républicain a salué l'annonce avec enthousiasme, défenseurs de l'environnement et élus démocrates ont dénoncé à l'unisson une initiative malheureuse prise au mépris des enjeux climatiques. "Aujourd'hui, le président Trump a ignoré les voix de millions d'Américains et donné la priorité aux profits à court terme de l'industrie des énergies fossiles par rapport à l'avenir de notre planète", a déploré le sénateur Bernie Sanders, ancien rival de Hillary Clinton lors de la primaire.

D'une longueur de 1900 kilomètres, le projet Keystone XL vise à transporter le pétrole canadien des sables bitumineux de l'Alberta, dans l'Ouest du Canada jusqu'au Nebraska, au centre des Etats-Unis, d'où il pourrait rejoindre les raffineries américaines du golfe du Mexique. 


Après des années d'atermoiements et une avalanche de rapports, Barack Obama s'était opposé à ce projet fin 2015, jugeant qu'il n'était pas dans l'intérêt national de son pays : "Transporter du pétrole brut plus sale jusque dans notre pays ne renforce pas la sécurité énergétique des Etats-Unis"

En vidéo

États-Unis : Donald Trump s'attaque à l'écologie avec la construction de deux pipelines

Le réchauffement climatique ? "Un canular" pour Donald Trump

Autre projet relancé par le nouveau président : celui du Dakota Access Pipeline, dont le tracé avait été rejeté en décembre après une intense mobilisation des Amérindiens et des écologistes. La tribu sioux de Standing Rock reproche à l'entreprise qui en a la charge de vouloir faire passer l'oléoduc sur des sites sacrés où sont enterrés leurs ancêtres, menaçant par la même occasion leurs sources d'eau potable.


La défense de l'environnement n'a jamais représenté une priorité pour Donald Trump. Loin de là. Le républicain avait déjà lors de sa campagne et à plusieurs reprises, réfuté le réchauffement climatique qu'il qualifiait de "canular". Aujourd'hui à la tête des Etats-Unis, il a retenu Scott Pruitt pour diriger l'Agence de protection de l'environnement, un proche de l'industrie des énergies fossiles et qui a eu toutes les peines du monde à reconnaître, lors de son audition au Sénat, le rôle de l'homme dans le réchauffement de la planète. Un comble pour les écologistes, qui ont sonné la charge contre le président élu après cette annonce.

En vidéo

Etats-Unis : Obama dit "non" au projet contesté de l'oléoduc Keystone XL

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter