Etrangers chassés par la population : "Mayotte est un Etat sauvage"

SOCIÉTÉ
IMMIGRATION - Des expulsions d'étrangers par des collectifs de villageois ont encore eu lieu dimanche dans l'île de Mayotte, secouée par des troubles sociaux depuis le début de l'année. Le Cran a déposé un référé liberté contre l'Etat, dont l'inaction est, selon l'association, responsable de cette situation explosive.

Depuis janvier, Mayotte vit au rythme des "décasages". C'est ainsi que les habitants de l'île appellent ce qui ressemble désormais à un rituel du dimanche : des milices de villageois font la chasse aux étrangers venus des îles voisines de l'archipel des Comores, les accusant de "vols, d'agressions et de meurtres". Ils seraient plus d'un millier a avoir subi de telles brimades. Une situation "préoccupante" selon le Conseil Représentatif des Associations Noires (Cran), qui a lancé, mardi, une action judiciaire contre l'Etat et qui s'en est expliqué ce mercredi devant la presse.

>> La carte de l'archipel des Comores


Un référé liberté a en effet été déposé sur ce sujet auprès du tribunal administratif par l'association, laquelle considère que la petite île des Comores subit la carence des autorités françaises. "Nous avons interpellé l'Etat, en vain", a rappelé, inquiet, Louis-Georges Tin, le président du Cran. Et son avocat Me Joanes Louis d'appuyer : "Mayotte, malgré le fait qu'il s'agisse d'un département français, est tout sauf un Etat de droit. C'est un Etat sauvage."

EN SAVOIR + 
>> 
Mayotte en grève : que se passe-t-il au juste dans le 101e département français ?

Il faut dire que, depuis plusieurs mois, la situation est "extrêmement préoccupante" de l'avis même de François Hollande, dans le 101e département français. Insécurité, chômage, démographie croissante... l'île aux 250.000 habitants semble souffrir de tous les maux. En avril dernier, deux semaines de grève générale avaient été émaillées de plusieurs nuits de violences urbaines. Un manifestant était mort et un nouveau préfet avait été nommé. 

Près de 10.000 crimes et délits en 2015

Autre facteur alarmant, le chômage : Mayotte connaît le taux le plus élevé des départements d'outre-mer (36,6%). Même inquiétude sur le front de l'insécurité, le cap des 10.000 crimes et délits constatés ayant été frôlé en 2015. Enfin, donc, la pression migratoire venant des îles voisines des Comores, à 70 km de ses côtes, qui est de plus en plus forte en ces temps de crise et qui excède la population.


Pour tenter d'endiguer l'ensemble de ces problèmes, un plan pour la sécurité - élaboré suite aux violences d'avril - a néanmoins été présenté jeudi dernier par le gouvernement. Décliné en 25 mesures, il prévoit notamment de renforcer les forces de l'ordre sur place, avec 102 policiers et 42 gendarmes supplémentaires d'ici la fin de l'été. Des radars et des drones sont aussi prévus pour repérer les barques servant à l'immigration illégale – la population compte 40% d'étrangers. Des "mesures insuffisantes", estime cependant le Cran qui enfonce le clou : "La stratégie des autorités françaises consiste à laisser pourrir la situation. Elles font porter le chapeau aux Mahorais (habitants de Mayotte, ndlr) pour régler ses propres problèmes", a estimé Me Saïd Hassane, avocat de l'association.

"Parent pauvre de la République" 

Des problèmes qui ne datent pas d'hier. Colonie française en 1841, Mayotte a plusieurs fois choisi de rester française - 1974, 1976 et 2000. Parallèlement, les trois autres îles de l'archipel des Comores (Anjouan, Grande-Comore et Mohéli) ont pris leur indépendance. Problème : si les Mahorais ont certes choisi de rester Français, chacun des référendums a été jugé illégal au regard du droit international. En 2009, Nicolas Sarkozy remet le couvert et, à 95,2% des voix, Mayotte accepte de devenir un département français. Sept ans plus tard,"le parent pauvre de la République" semble au bord de l'explosion. Sur la situation des étrangers, Louis-Georges Tin n'hésite d'ailleurs pas à employer les grands mots : "Un crime contre l'Humanité, on sait comment cela se finit, mais jamais comment cela commence."

EN SAVOIR+ 
>> 
"A Mayotte, la situation est catastrophique depuis 2005"

Lire et commenter