Etudiant éborgné à Rennes : le préfet de Bretagne défend l'action de la police

Etudiant éborgné à Rennes : le préfet de Bretagne défend l'action de la police

Société
DirectLCI
MANIFESTATION - Le préfet de Bretagne, Patrick Strzoda, a défendu dans une lettre ouverte adressée à l'Unef ce samedi, l'action de la police lors de la manifestation contre la loi Travail à Rennes. Un étudiant de 20 ans a perdu l'usage de son œil gauche.

Dans une lettre ouverte adressée au président de l'Unef, le préfet d'Ille-et-Vilaine et de Bretagne, Patrick Strzoda, a défendu l'action de la police lors de la manifestation du 28 avril à Rennes, au cours de laquelle un étudiant a perdu l'usage de son œil gauche.

A LIRE AUSSI >> VIDEO - Des CRS passent à tabac un manifestant au visage masqué

"Je veux rétablir la réalité des évènements", a-t-il déclaré après que William Martinet ait dénoncé "des stratégies de la police parfois contre-productives" à Rennes et à Nantes. Selon le préfet, le défilé des organisations syndicales s'est déroulé "pacifiquement et sans incident pendant deux heures" ce jour-là. Mais alors que ce cortège parvenait à son point de dislocation "un groupe de 700 à 800 manifestants s'est désolidarisé du cortège officiel (...) pour aller à la rencontre des forces de l'ordre" qui protégeaient l'hypercentre de Rennes. "Ce groupe de manifestants était emmené par une centaine d'individus masqués, cagoulés, armés de barres de fer et munis de projectiles divers".

"Divers jets de projectiles sur les policiers"

"Sur le trajet, ces manifestants se sont livrés à diverses exactions contre des bâtiments et des équipements publics, avant de venir chercher l'affrontement avec les forces de l'ordre", indique-t-il. "Cette agression délibérée a pris la forme de divers jets de projectiles sur les policiers, parmi lesquels une ancre marine, des billes d'acier, des bouteilles remplies de liquides inflammable, des mortiers d'artifice, des bombes agricoles", précise-t-il, affirmant tenir les enregistrements filmés de la manifestation "dans leur intégralité".

"J'ai donné l'ordre aux forces de sécurité, après les sommations d'usage, de disperser cet attroupement armé", poursuit Patrick Strzoda. "C'est dans ce contexte que trois policiers et un manifestant ont été blessés. Les circonstances dans lesquelles ce manifestant a été gravement blessé à l’œil seront déterminées par l'enquête de l'IGPN", ajoute-t-il.

"Je déplore la violence de ces affrontements"

Le manifestant, un étudiant de 20 ans en géographie à Rennes 2, a perdu définitivement l'usage de son œil gauche . Plusieurs étudiants ont affirmé que le jeune blessé à l’œil avait été victime d'un tir de lanceur de balles de défense (LBD40, successeur plus puissant du Flash Ball, ndlr) utilisé par les forces de l'ordre. "Je déplore la violence de ces affrontements dont le bilan humain est inacceptable", a conclu le préfet, invitant l'Unef à participer à la réunion préparatoire qu'il organise avant chaque manifestation.

EN SAVOIR +
>> Manifs contre la Loi Travail : de violents affrontements font plusieurs blessés graves >>  Manif contre la loi Travail à Rennes : un cocktail Molotov explose sur les CRS >>  Manif contre la loi Travail à Paris : le policier évacué en urgence absolue a repris connaissance

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter